Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 avril 2013 7 07 /04 /avril /2013 17:44

 

Capture d’écran 2013-04-07 à 19.26.00

 

 

Il y a dix jours de ça déjà nous étions un mardi un peu tristou avec une après-midi de cours un peu prise de tête à la carte. Et, entre deux prises de notes, mon amie Laëti m'a glissé une jolie invitation :

 

" Dis, on a des bons pour prolonger le printemps du cinéma et ils se périment ce soir, ça te dit de te joindre à nous ? On pense aller voir "Sous le figuier" à la séance de 20h ... "

 

 

Le temps d'hésiter pour le principe, de visionner la bande annonce de ce film dont je n'avais pas encore entendu parler et hop zou, ma belle Catherine passait me prendre, on commandait un plateau de Sushis et nous étions installées comme des pachas dans une salle aux fauteuils rouges pour découvrir l'histoire narrée par "Sous le figuier".

 

Et quel film ! Le thème aurait pu nous dissuader et nous faire passer à côté de ce petit bijou. En effet c'est l'histoire de Selma, 95 printemps, résolue à accepter la mort  à laquelle son cancer la contraint, sans peur ni acharnement thérapeutique, entourée de sa famille de coeur lors d'un été particulier dans une location de vacances où il fait bon vivre, assise avec un livre, à l'ombre des figuiers.

 

 

J'ai adoré ce film. Vraiment. Un pur bijou de cinéma. Et ces acteurs, wouah ! Gisèle Casadesus dans le rôle de Selma est époustouflante de beauté et de fraîcheur le tout nappé de la sagesse que confère le nombre des années. J'ai pleuré et ris, et repleuré surtout émue par la beauté des échanges qui se déroulaient sous mes yeux, transposant cette histoire à celle de mes proches qui vieillissent et que j'ai du mal à concevoir comme simples mortels. J'ai adoré cette leçon de vie à travers la mort et toutes les anecdotes du quotidien qui s'en trouvent embellies. J'ai adoré cette atmosphère lourde mais légère aussi, l'impression que la vie est le trajet d'une feuille virvoltant dans les airs et que la mort n'est que la fin de cette course, quand la feuille se dépose enfin tout doucement sur le sol. Courez le voir s'il passe encore !

 

 

J'aime vraiment l'ambiance propre aux salles de cinéma, l'abstraction de tout pour ne vivre qu'à travers le film pendant 1,2 ou 3h. C'est un puissant antidote aux vagues à l'âme, un endroit où je sais que je vais pouvoir rêver et m'évader surtout. A chaque fois que je sors d'une salle de cinéma après un beau film j'ai des étoiles dans les yeux de longues minutes encore après, la vie me semble magnifiée par cet instant de temps suspendu où tout est possible. C'est un peu ma came, une drogue douce à laquelle j'adore m'abandonner dès que l'occasion s'y prête.

 

 

Toujours à l'affût d'un bon plan pour pouvoir m'offrir ce luxe à prix doux j'ai appris en furetant que tous les mardi, dans les cinéma Gaumont Pathé notamment, les films qui ne seront pas à l'affiche le mercredi sont proposés à 3,50€ (tarif uniquement proposé par Internet, les places sont à acheter sur le site puis à retirer au guichet).

J'ai également découvert récemment un super bon plan ciné, proposé par les cinéma Gaumont Pathé et la collection de livres "Que sais-je ?" : du 13 mars au 30 avril 2013 pour deux livres de la collection "Que sais-je" achetés vous pouvez recevoir une carte cinéma 2013 sur simple envoi du ticket de caisse attestant de l'achat, valable dans les cinéma Gaumont Pathé sur le principe d' "une place achetée, une place offerte" à utiliser sans modération jusqu'à décembre 2013.

 

Capture-d-ecran-2013-04-07-a-19.28.56.png

 

Pour moi c'est déjà envoyé et j'attends maintenant avec impatience de recevoir ma carte Cinéma 2013 :)

Je vous tiens bien sûr au courant de sa réception qui ne devrait pas dépasser les 3 semaines d'attente !

 

 

Passez un bon dimanche soir après ces quelques lignes cinéma, l'occasion de se coucher un peu plus tôt avec l'ordinateur et de se visionner un bon DVD avant de roupiller ... ;)

Repost 0
Published by pillapon - dans I like movies
commenter cet article
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 11:00

Capture-d-ecran-2013-03-21-a-11.47.51.png

 

Un froid de canard. Les doux gants chauds de maman. L'attente dans la queue du cinéma. Les grandes affiches que l'on regarde pour passer le temps. Le sac fluo d'Alice. 6 entrées payées à la caisse. Un drôle de groupe. Une belle rangée de fauteuils rouges. Un énorme paquet de pop-corn qui circule. Des blagues qui fusent. Une salle comble, ou presque. Une belle musique d'ambiance. Les publicités pour restaurants bio sur les grands rideaux. Et puis les lumières s'éteignent.

 

 

Mamita se serre contre moi et me chuchote un "bon film mistinguette". Et déjà l'ambiance du film me prend aux tripes. Les petits bonheurs, les grands malheurs. Les grandes joies, les petites déceptions. La pugnacité, l'amour, les rêves. Et au coeur de ce manège des sentiments, un cheval noir, sublime mais qui se trouve être plus qu'une simple monture. Le film vient alors signer son apogée autour de l'importance de la confiance et de l'alliance dans un couple. Quel qu'il soit. Et avec cette réflexion d'assumer ses rêves, sans les cacher derrière des devoirs familiaux.

 

 

Bref un très beau film. Si je ne devais retenir qu'un instant de ces deux heures défilant en une floppée d'images ce serait celui-là : le moment tournant du film, où le héros est au coeur d'une compétition cruciale pour le reste de sa carrière. C'est ce moment où tous les coeurs de la salle réunis devaient battre au rythme du challenge qui s'affichait sous nos yeux. C'est ce moment où Mamita m'a pris la main, timidement, avec le bout de ses doigts dont les ongles nous effleurent en premier, doucement, pour la serrer très fort durant tout le parcours. C'est ce moment où le couple homme-cheval doit sauter une rivière, cet instant décisif où la pression de sa main contre la mienne s'est faite plus importante, avant de se relâcher au moment des applaudissements.

 

 

Jappeloup, le nouveau film de Guillaume Canet, à voir d'urgence ... :)

Repost 0
Published by pillapon - dans I like movies
commenter cet article
22 août 2012 3 22 /08 /août /2012 19:50

Image 4-copie-3

 

Le cinéma aura décidément tenu une grande place parmi mes loisirs de l'été. Voici mon avis sur les incontournables ( ou pas ) du mois d'août :

 

Ma bonne étoile d'Anne FASSIO, avec Christopher Lambert, Claude Brasseur et surtout l'exceptionnelle Fleur Lise :

 

Synopsis

En Normandie, Louise vit heureuse dans le monde du cheval. Brusquement, le destin frappe. Louise reste seule avec son père et un ami de la famille à la Ferronnière, le haras où elle vit depuis toujours. Les affaires vont mal, ils sont au bord de la faillite… Heureusement il y a Marquise, une jeune jument que Louise a élevée. Envers et contre tout, la jeune fille et Marquise vont se battre contre la fatalité qui semble s'acharner... 

 

J'ai été conquise par l'émotion vraie de ce film, l'extraordinaire puissance qui s'en dégage, entre pugnacité et combat pour la survie du haras. Je ne suis pas très chevaux mais j'ai adoré ressentir la relation unique qui se tisse entre la jeune Louise et Marquise. J'ai pleuré, à plusieurs moments, surtout devant le désespoir de Louise quand les huissiers viennent lui enlever Marquise : la beauté de la scène se passe de mots, véritable déchirure sous la pluie. Gros gros coup de coeur pour ce film coup de fouet sur la difficulté et souvent absurdité de la vie.

 

 

Les Kaïra de Franck Gastambide :

 

Synopsis :

Mousten, Abdelkrim et Momo sont trois potes d’enfance qui ont toujours vécu dans leur cité de Melun. Casquettes enfoncées sur la tête et baskets aux pieds, tous les trois ont le même problème : désespérément célibataires, ils passent leurs journées à laisser s’écouler leurs vies, sans motivation ni ambition. Jusqu’au jour où ils découvrent une annonce dans un magazine porno qui propose un casting pour devenir une « Star du X ». En galère de filles et d’argent, la quête de ce qui leur semble être alors le meilleur métier du monde va se transformer en un parcours initiatique et devenir la plus importante aventure de leurs vies. 

 

Alors là, gros bide. Enorme déception pour ce film d'apparence léger et drôle qui donne plutôt dans le domaine du Nimport' nawak. Des histoires sans queue ( quoique ... ) ni tête, du sexe en veux-tu en voilà, du grand délire mal contenu. Bref, je n'ai pas du tout accroché à l'histoire ni même à l'ambiance loufoque de ce film. Si vous hésitez à le voir, passez votre chemin.

 

Bowling de Marie-Castille Mention-Schaar, avec Catherine Frot, Mathilde Seigner et Firmine Richard :

 

Synopsis :

L’histoire se passe à Carhaix. En plein coeur de la Bretagne. Un petit hôpital, une maternité paisible. Pas beaucoup d’accouchements. Mathilde, sage-femme, Firmine, puéricultrice, et Louise, propriétaire du Bowling de Carhaix y vivent, heureuses et amies. Catherine, DRH, y est envoyée pour restructurer l’hôpital et surtout fermer à terme la maternité qui perd de l’argent. Quatre femmes dont l’âge, la personnalité, les origines sont différentes et qui vont pourtant former un quatuor fort en humanité et en humour pour défendre cette maternité. La vie, l’amour, l’amitié, la Bretagne et... le bowling ! 

 

Ce film a été une très belle découverte. J'ai tout d'abord été très attirée par le sujet prometteur du film et je n'ai pas été déçue. Tout y est : histoires de femmes, ode à la vie, belle leçon d'amitié et une passion pour la mater' qui va jusqu'à soulever des montagnes pour obtenir gain de cause. Je vous le conseille vivement si celui-ci passe toujours car c'est malheureusement un sujet bien d'actualité. J'ai vraiment passé un super moment ( c'était mon cadeau post-permis ) et mon coeur a continué de battre au rythme de ce service incroyable pendant quelques heures encore après ma sortie de la salle de cinéma.

 

Image 3-copie-4

 

Un bonheur n'arrive jamais seul de James HUTH, avec Sophie Marceau, Gad Elmaleh et Maurice Barthélémy :

 

Synopsis :

Sacha aime ses amis, son piano, la fête. 
La nuit, il joue dans un club de jazz et séduit des jolies filles. 
Il vit dans l’instant, pour le plaisir. Sans réveil-matin, sans alliance, sans impôt.
Charlotte a trois enfants, deux ex-maris et une carrière professionnelle à gérer.
Elle n’a aucune place pour une histoire d’amour.
Tout les oppose. Ils n’ont rien à faire ensemble… 
Ils sont faits l’un pour l’autre.

 

Sur vos conseils je suis allée voir ce film avec l'éternelle Sophie Marceau bien que la bande annonce ne m'avait pas trop trop accrochée ( j'avais peur que les bourdes à répétition de la dame finissent par être un peu lourdes ) et j'ai été agréablement surprise par ce film. Tous les ingrédients d'une bonne comédie romantique y sont rassemblés, Gad est excellent en amoureux transi et Sophie est toujours autant canonesque, même la quarantaine bien entamée. J'ai ri, j'ai aimé la finesse de certaines vannes, les moments filmés avec les enfants et surtout la passion qui les consumme et les relie fatalement l'un à l'autre. Je le conseille obligatoirement à tous ceux qui ne l'auraient pas encore vu ! 

 

           Image-5-copie-2.png                Image 2-copie-2  

Repost 0
Published by pillapon - dans I like movies
commenter cet article
11 juillet 2012 3 11 /07 /juillet /2012 11:22

Image-1-copie-3.pngPour moi le mois de juillet semble rimer avec séances ciné : en moins de 10 jours mes fesses ont pu profiter du moelleux des fauteuils rouges trois fois ( et à des prix sensiblement différents : 5,50€ la séance avec la carte cinétoile de ma maman, 4€ la séance avec mon amoureux à l'UGC de Bercy village et la cerise sur le gâteau, 10,60€ la séance 3D-tarif étudiant ).

 

Je me propose donc de vous en dire deux mots aujourd'hui.

 

# J'ai tout d'abord été voir : " Ce qui vous attend si vous attendez un enfant " avec ma Jeannette la semaine dernière, et j'ai été agréablement surprise par le fond très intéressant de cette comédie américaine.

 

Synopsis :

Fous de joie à l’idée de fonder une famille, Jules, séduisante icône du fitness à la télé, et Evan, star d’une émission de danse, réalisent que leur vie sous les projecteurs n’a aucune chance de résister aux exigences inattendues qui accompagnent une grossesse. Wendy, auteur à succès, folle de bébés, se retrouve pour la première fois dans la peau des futures mamans auxquelles elle prodigue ses conseils et découvre les surprenants effets physiques engendrés par les hormones de la grossesse. Son mari, Gary, essaie de ne pas se faire humilier par son père, doté d’un esprit de compétition affûté, dont la très jeune femme trophée, Skyler, attend des jumeaux. Holly, photographe, se prépare à parcourir le monde pour adopter un enfant, mais son mari Alex ne se sent pas prêt et tente de contenir sa panique avec l’aide d’un groupe de jeunes pères solidaires parlent avec franchise de la paternité. Rosie et Marco, deux chefs cuisiniers rivaux de « food trucks », ont une aventure et se retrouvent face à un dilemme : que faire quand votre premier enfant s’annonce avant votre premier rendez-vous ?

 

J'ai donc trouvé ce film très touchant, par sa façon d'aborder le thème de la grossesse au sein du couple, dans différents cas de figure. Moi qui m'attendait à une comédie américaine à l'eau de rose j'ai tout de même été ravie ( les réparties chocs et autres  situations cocasses faisant partie intégrante du cahier des charges ) tout en prenant mon pied dans la vision touchante de ces couples dont l'harmonie est remise en question lors de ce chemin vers la procréation.

Je le conseille donc vivement à toutes celles ( et même ceux hein pourquoi pas ) qui aiment concilier comédie et cogito ! :)

 

# Puis, lors de ma virée parisienne ce week-end, Nico m'a entraînée à la découverte du cocasse " The dictator ". La salle était comble et les rires n'ont pas arrêté de fuser tout au long de ce film sans longueurs.

 

Synopsis :

Isolée, mais riche en ressources pétrolières, la République du Wadiya, en Afrique du Nord, est dirigée d’une main de fer par l’Amiral Général Aladeen. Vouant une haine farouche à l’Occident, le dictateur a été nommé Leader Suprême à l’âge de 6 ans, après la mort prématurée de son père, tué dans un accident de chasse par 97 balles perdues et une grenade !
Depuis son accession au pouvoir absolu, Aladeen se fie aux conseils d’Oncle Tamir, à la fois Chef de la Police Secrète, Chef de la Sécurité et Pourvoyeur de Femmes.
Malheureusement pour Aladeen et ses conseillers, les pays occidentaux commencent à s’intéresser de près à Wadiya et les Nations Unies ont fréquemment sanctionné le pays depuis une dizaine d’années. Pour autant, le dictateur n’est pas du tout disposé à autoriser l’accès de ses installations d’armes secrètes à un inspecteur du Conseil de Sécurité – sinon à quoi bon fabriquer des armes secrètes ? Mais lorsqu’un énième sosie du Leader Suprême est tué dans un attentat, Tamir parvient à convaincre Aladeen de se rendre à New York pour répondre aux questions de l’ONU.
C’est ainsi que le dictateur, accompagné de Tamir et de ses plus proches conseillers, débarquent à New York, où ils reçoivent un accueil des plus tièdes. Il faut dire que la ville compte une importante communauté de réfugiés wadiyens qui rêvent de voir leur pays libéré du joug despotique d’Aladeen.
Mais bien plus que des expatriés en colère, ce sont des sanctions qui attendent le dictateur dans la patrie de la liberté…

 

Pour vous donner mon impression sur ce film, je vous livre les mots d'Alix Girod de l'Ain ( de l'hebdomadaire Elle ) avec lesquels je suis en parfaite adéquation :

" 3 raisons d'aller voir ... " THE DICTATOR " : 

1 C'est un film à message. Sacha Baron Cohen ( acteur-scénariste ) et Larry Charles ( réalisateur ) ne sont certes pas les frères Dardenne, mais leur oeuvre nous pose un vrai dilemme sociétal : dictature ou démocratie, que choisir ?

2 C'est un film exigeant. Aussi incorrect que " Borat ", mais moins trash que "Brüno", "The dictator" oscille entre poésie brute et extrême vulgarité. C'est sûr, dédier un film à Kim Jong-il n'est jamais innocent.

3 C'est un film idiot. C'est bête, mais que c'est bête ! C'est drôle mais que c'est drôle ! Un film dont on sort un peu plus idiot, mais tellement plus heureux, c'est un plaisir dont on aurait tort de se priver. "

 

# Et finalement, lundi soir, j'ai cédé aux sirènes de " l'âge de glaçe 4 : la dérive des continents " en emmenant lors d'un baby-sitting deux pré-ado de 12 ans qui, tout comme moi, se sont bien marrées.

 

Synopsis :

Alors que Scrat poursuit inlassablement son gland avec toujours autant de malchance, il va cette fois provoquer un bouleversement d’une ampleur planétaire… Le cataclysme continental qu’il déclenche propulse Manny, Diego et Sid dans leur plus grande aventure. Tandis que le monde bouge au sens propre du terme, Sid va retrouver son épouvantable grand-mère, et la petite troupe va affronter un ramassis de pirates bien décidés à les empêcher de rentrer chez eux...

 

De ce trio cinématographique ma préférence ira directement à " Ce qui vous attend si vous attendez un enfant ". Cependant d'autres films me tentent bien ( comme " Ma bonne étoile ", " Un bonheur n'arrive jamais seul ", " Bowling " et j'en passe ), donc n'hésitez pas à me faire part de vos dernières découvertes en la matière !

 

En vous souhaitant une belle journée ... :) 

 

                   Image-3-copie-1.png  Image-4-copie-1.png

Repost 0
Published by pillapon - dans I like movies
commenter cet article
1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 13:36

Image 1-copie-12

 

Hier fut une journée studieuse ( pour une fois ). Tellement que nous avons décidé, mon amoureux et moi, de se retrouver à Bercy village pour savourer un moment cinéma. Plusieurs films nous tentaient mais un en particulier avait attiré mon attention : Nouveau Départ. Malheureusement nous fûmes trop juste niveau horaire pour le voir à l'UGC Ciné cité Bercy. Mon chéri me lança alors un clin d'oeil et nous acheta 2 places pour aller voir le dernier film français du moment : Radiostars.

 

Et dans l'ambiance rare d'une immense salle de cinéma, confortablement installés dans de petits fauteuils moelleux, nous avons vécu un moment inoubliable. Du rire à l'émotion, du nimportenawak à l'exploit, nous avons été bluffés par la qualité de ce film et la pêche qu'il nous a transmise une fois les lumières de la salle rallumées. L'aventure humaine qu'il relate, sous fond de pépins d'une vie haute en couleurs, nous a emmenée avec eux sur les routes de France. Et quel fut notre plaisir  difficilement contenu d'apercevoir plusieurs lieux bien connus, comme la petite cabane à légumes et fruits sur la Nationale 7 de Rousset ou les passages répétés sous fond de Sainte Victoire sur MA route tortueuse dite de Cézanne, voire encore les dédicaces aux villages d'Uschau, Piolenc et j'en passe qui ont également charmé mon amoureux vauclusien. 

 

Ce fut l'occasion de rire un bon coup en se tenant par la main, ma tête appuyée contre son épaule en se murmurant des mots doux dans l'obscurité. Nous fûmes également émus par la douceur d'une chanson inédite dans un Macdo tout ce qu'il y a de plus commun. Et la justesse des mots, voire de certains maux aussi, ont fini de nous ravir complètement.

 

Un excellent moment à faire partager au plus grand nombre donc, courez vite vous régaler le coeur, les yeux et les oreilles en découvrant un film qui nous rend soudain très fiers d'être français ...

 

Je vous laisse avec le synopsis et ma chanson coup de coeur de ce film atypique :

 

" En plein échec professionnel et sentimental, Ben, qui se rêvait comique à New York, est de retour à Paris. Il rencontre Alex, présentateur-vedette du Breakfast-club, le Morning star de la radio. Avec Cyril, un quadra mal assumé, et Arnold, le leader charismatique de la bande, ils font la pluie et le beau temps sur Blast FM. Très vite Ben est engagé : Il écrira pour eux. Alors qu’il a à peine rejoint l’équipe, un raz de marée frappe de plein fouet la station : l’audience du breakfast est en chute libre. C’est en bus qu’ils sillonneront les routes de France pour rencontrer et reconquérir leur public. Pour ces Parisiens arrogants, de ce road trip radiophonique naîtra un véritable parcours initiatique qui bousculera leurs certitudes."

 

Repost 0
Published by pillapon - dans I like movies
commenter cet article
2 mars 2012 5 02 /03 /mars /2012 00:22

Image-1-copie-8.png

 


Fais attention à tes mots, ils deviennent des idées.

Prend soin de tes idées car elles deviennent des actes.

Méfie toi de tes actes, ils deviennent tes habitudes.

Ménage tes habitudes car elles deviennent ton caractère.

Et mesure ton caractère, il définit ta destinée.

 

 

 

Hier nous sommes allés passer notre dernière soirée en amoureux au cinéma, main dans la main et coca-pop corn dans l'autre. 

Et nous avons découvert la dame de fer, un film superbe en hommage à une grande femme, Elisabeth Tatcher.

 

Chéri a du y trouver son compte autant que moi, car je me suis accrochée plusieurs fois à son bras durant toute la durée du film, surprise à chaque fois par la violence de certains aléas politiques. 

 

Et j'ai même pleuré, pour vous dire, alors que la grande dame, aux prises de ce qui restera finalement son pire ennemi : la vieillesse, s'acharne à emballer toutes les affaires de son défunt mari dans d'énormes sacs poubelles noirs, dans une cavalcade de souvenirs de vie, filmés comme des instantanés, avec une musique folle de déraillement du temps. Cet adieu forcé, comme dernier recours face à la sénescence m'a littéralement pris aux tripes et j'ai laissé coulé plusieurs larmes silencieuses dans l'obscurité de la salle de cinéma.

 

Bref, je vous le recommande chaudement, d'abord parce que Meryl Streep est une actrice amazing et puis parce que c'est pas tous les jours qu'on dresse le portrait d'une femme qui a réussi en politique grâce à sa pugnacité et son sens moral à une époque où il était mal vu que le sexe faible fasse autre chose que tenir un foyer.

 

Sur ce, un excellent week-end à tous ! 

Repost 0
Published by pillapon - dans I like movies
commenter cet article
24 janvier 2012 2 24 /01 /janvier /2012 00:20

Image-1-copie-5.png

 

Ca y est. La dernière larme vient de couler le long de ma joue rougie par l'émotion.

 

Les dernières notes de musique viennent également de s'arrêter, me laissant libre dans mon choix de me mettre à écrire, ou bien me coucher sur ce bouquet d'impressions.

 

Mon coeur est apaisé. Mes doigts hésitent, regardent l'heure et se mettent soudain à s'agiter.

 

J'ai aimé ce film conseillé depuis belle lurette par Marion :" N'oublie jamais "

 

Parce qu'il raconte à la fois une merveilleuse histoire d'amour tout en donnant une chouette leçon de vie. Et puis parce qu'il révèle aussi la douleur que fait naître l'oubli.

 

J'ai aimé ces personnages, Noah et Ali, pris dans la tempête de leurs sentiments. J'ai aimé la description de leurs caractères, par images, quelques plans axés sur un regard, une mèche de cheveux et de simples rêves. J'ai aimé ressentir leur passion, leur doute et leur explosion. J'ai aimé la confession inattendue d'une mère à sa fille, geste d'amour immense et pourtant si simple. Et j'ai plus que tout aimé le dénouement. Le courage d'Ali de faire fi de la "sécurité" sociale, du destin tout tracé, des peurs que ça pouvait engendrer.

 

J'ai aimé cette image d'une barque au milieu d'un lac recouvert d'oiseaux blancs. Comme celle d'un réveil tout en poésie, découvert sur la pointe des pieds, enveloppée d'une seule et grosse couverture rouge. Et surtout celle, finale, de l'étreinte de deux corps vieillissant unis par un amour intact.

 

Alors merci, Marion, d'avoir guidé ma curiosité pour découvrir ce chef d'oeuvre-là.

 

Bonne nuit à tous ... :)

Repost 0
Published by pillapon - dans I like movies
commenter cet article
12 avril 2011 2 12 /04 /avril /2011 01:27

Image 1Le charme opère toujours. Dès les premières notes au piano mon coeur bondit d'allégresse, mes sensations se redécouvrent et chaque minute du film fait naître de nouvelles ondées de frissons ...

 

 

J'aime ce romantisme à fleur de peau, cette minutie des dialogues, la beauté qui transpire de toute chose : coiffures champêtres, robes empires, rubans, paysages, nature, pluie, soleil matinal ...

 

 

Mes larmes me surprennent une fois encore, pourtant bien habituées par de nombreux visionnages. Les images enchantées perdent un peu de leur qualité avec le temps et l'usure du DVD. Mais la magie m'enveloppe toujours autant.

 

 

Dieu que ce film me fait revivre, soulève pour moi des montagnes de féminité et d'assurance. Ces soupirs épris, ces jeux de regards, la déclaration amoureuse connaît ici son apothéose. Un genou au sol, un tremblement de lèvre qui fait naître un sourire et l'enchantement m'enserre dans ce tourbillon de sentiments.

 

 

Mais ce qui nous apparaît d'un autre siècle se retrouve quelque fois encore aujourd'hui. Quand, en effet, l'aboutissement d'une tendresse sans égale dépasse le simple baiser : un frôlement de ses doigts sur mon front m'offre une douce vision du paradis tandis qu'il s'apprête à y poser ses lèvres. La caresse de sa main qui descend le long de mon dos, chatouillant ma nuque et le creux de mes reins, ou la simple chaleur de son corps endormi pressé contre le mien dans une étreinte protectrice. Une dispute détournée en sourire, une visite surprise en semaine ou encore la découverte d'une tendre attention dans la paume de sa main ... 

 

 

Je revois encore son sourire, dissimulé avec peine entre les 20 roses blanches et rouges, ou l'imagine à l'ouverture d'une lettre postée quelques jours auparavant.

 

 

Ainsi donc je ne peux plus longtemps le nier, je suis une romantique née ...

Repost 0
Published by pillapon - dans I like movies
commenter cet article
24 mars 2011 4 24 /03 /mars /2011 00:54

Image 4-copie-1

Les applaudissements résonnent encore dans la pièce. La musique douce mais enjouée a disparu avec la fin du générique. Une larme sèche au coin de mon oeil tandis que noyée dans un océan de douceur je goûte ces derniers instants de plaisir. 

La voix de maman apparaît au milieu de mes pensées tourbillonnantes : " Quand on réalise que notre émancipation ne date que de quelques années, ça donne envie d'être féministe et de le revendiquer ! "

 

 

" Les femmes doivent s'habiller pour elles et leur propre confort, non pour la vanité de leur mari ! "

 

" - Du Jersey ? Et dire que vous allez bientôt habiller toutes les dames comme de vulgaires vendeuses ...

- Toutes les femmes ont droit à la mode, à l'élégance et au pratique. Et ce qu'elles soient ouvrières, infirmières, ou riches héritières. "

 

" Que vont penser les gens en me voyant arriver avec une femme déguisée en homme à mon bras ? "

 

" - Mais c'est le fils de ma soeur, je ne peux m'en séparer !

- Vous connaissez la loi, Mademoiselle Chanel, seule une femme mariée peut prétendre à l'adoption. Nous sommes contraintes de le confier à l'orphelinat. "

 

" - Epouse-moi.

- Pas tant que je serai dépendante de toi financièrement, mon cher Boy. "

 

" - Ciel, elle ne monte pas en amazone ! Et regardez, on voit ses jambes ! 

- Mon dieu, les femmes ont donc des jambes ! "

 

 

Les coiffures dévoilant des florilèges de boucles me font rêver.Les chapeaux, plus somptueux et originaux les uns que les autres, puis les corsets, les gants si élégants, les bijoux d'un autre temps, tout donne envie de remonter dans le temps. Sauf les mentalités. Et pourtant ça ne date pas de si longtemps :

 

1907 : une loi autorise les femmes mariées à disposer librement de leur salaire

 

1942 : les femmes veuves peuvent travailler, même si leurs maris travaillaient déjà, à condition de ne pas causer de licenciement

 

1945 : suppression de la notion de « salaire féminin ». La notion « à travail égal, salaire égal » est inscrite dans la législation

 

1965 : réforme des régimes matrimoniaux : les femmes peuvent exercer un travail sans l'autorisation de leur mari et bénéficier des avantages sociaux

 

1972 : une loi instaure le principe d'égalité de rémunération entre les hommes et femmes ; première d'une série de lois jamais vraiment appliquées sur le sujet

 

1975 : loi interdisant toute discrimination dans la fonction publique; Simone Veil fait voter une loi dépénalisant et encadrant l'interruption volontaire de grossesse ( IVG )

 

 

A Coco Chanel, Simone Veil, et bien d'autres encore,

A toutes ses femmes qui se sont battues pour nous,

Je dédis cet article.

Repost 0
Published by pillapon - dans I like movies
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de pillapon
  • Le blog de pillapon
  • : Articles sur la vie, réactions, poèmes, expériences personnelles
  • Contact

Texte Libre

Recherche