Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 octobre 2012 1 15 /10 /octobre /2012 18:14

Image 1-copie-3

 

Ce week-end a été placé sous les auspices (généreuses) du Dieu Brocanteur. 

 

Accompagnée d'une merveilleuse alliée en la matière j'ai découvert un lieu de perdition nommé "grande braderie" dont les offrandes servent une cause éco-citoyenne. Ca avait lieu samedi dernier sur la grande place devant Nikaïa, la grande salle de spectacle niçoise. Du neuf bradé et du vieux recyclé se côtoyaient gaiement, sous les soupirs extatiques de mes compatriotes et moi-même à base de "C'est combien pour ... ?". Une faune urbaine se mélangeait ainsi, se touchant des coudes en entamant la longue et belle transhumance de tous les  stands alignés. On surprennait souvent des éclats de voix, plus proches du rire que des cris, qui nous tiraient de nos explorations diverses et (très) variées juste le temps de constater la bonne humeur générale qui se dégageait. Classés, les objets du quotidien nous apparaissaient en une suite logique, proposant leurs plus beaux spécimens dissimulés comme des trésors sous un tas d'autres objets. Par chance, j'en trouvais bientôt un, et le plus beau qui soit ( tout du moins à mes yeux et ceux de ma condisciple ) : une sublime "grenouillère" ou ce qui s'en approche, résultat de l'assemblage de deux tissus de coloris très doux et de la broderie délicate d'une couturière chevronnée. Véritable trésor donc, vite acquis malgré quelques soupçons d'inconscience ( du genre que je n'ai pas (encore) d'enfant ) pour la modique somme de ... 1€ ! 

D'autres petits trésors rejoignirent ainsi mon petit sac-cabas emporté pour l'occasion ( comme ces adorables petits chaussons Monoprix neufs vendus pour 5€ les 3 paires ou ce petit body à pois très chic ).

 

Le lendemain le destin frappa encore à ma porte ou plutôt à l'orée de mon oreille, me soufflant qu'un vide-grenier se déroulait juste à quelques pas de chez moi. J'entraînais alors une autre amie à découvrir les potentielles merveilles que pouvaient réveler le contenu des greniers de nos voisins. Et nous fûmes gâtées. De vieux jeux en bois au lot de 4 beaux contes pour seulement 1€, nous chargeâmes rapidement nos bras de toutes sortes de petits trésors qui, dépoussiérés de leur ancienne utilisation trouvaient une nouvelle naissance au creux de notre imagination de future ortho.

 

Une fois rentrée sous les éclairs furibonds d'un ciel menaçant, je découvrais mes petits trésors l'un après l'autre, m'amusant à reconstituer l'alphabet fait de lettres en bois autant de fois que leur nombre me le permettait, triant mes petites images dans la nouvelle boîte en fer fraîchement nettoyée et comptant le nombre de poupées russes intriquées les unes dans les autres.

 

Je me fis alors la réflexion que j'aimais bien cette idée que finalement, les vestiges du passé des autres deviennent des bribes de notre futur de demain.

 

Image-4-copie-2.png

 

Image 5-copie-3

 

Image 3-copie-2

 

Image 6

 

Image 2-copie-2

 

Repost 0
Published by pillapon - dans Récits
commenter cet article
12 octobre 2012 5 12 /10 /octobre /2012 00:00

Image 3-copie-1

 

 Bonjour et bienvenue sur Pillapon ! 

• Mais tout d'abord présentez-vous ... Qui se cache derrière ces jolies créations ?

 

Bonjour, dans la vraie vie je ne suis pas un poulpe râleur, quoique ... mais Sabine Trouillet, illustratrice et créatrice de 35 ans et maman de 2 petits crapauds !

 

 

• Quel a été votre déclic création ? D'où vous est venue l'idée de créer puis de commercialiser vos créations ?

 

Déjà toute petite, je bidouillais, dessinais, coloriais, découpais ... toujours un pinceau ou un ciseau à la main, il était évident que je ne ferai pas le même métier que papa ou maman ! Toujours en pleine effervescence, je ne m'arrêtais jamais !

Je suis devenue styliste après quelques années d'études à LISAA, à Paris. Des stages, quelques galères et des années d'expériences, je me laisse porter par mes rêves et je mets un pied dans l'illustration.   

A ce jour, je n'ai pas encore trouvé de maison d'édition, je décide alors de commercialiser moi-même mes créations. C'est avec les illustrations de Melle Pépette que je fais mes débuts : jolie petite pépette rousse, très mode et très girly que l'on retrouve sur mes cartes, cahiers, carnets etc ... Et puis très vite je décide de la mettre en scène sur des bijoux.

Il me fallait jongler entre la vie de maman de 2 crapauds et la vie professionnelle, c'est pourquoi Les gribouillis du Poulpe Râleur ont ouvert leur boutique de créateurs en ligne sur A little market, dawanda et aujourd'hui Etsy.

J'ai pu développer toute une collection de bijoux, de headbands, carterie et papeterie, dans différents univers : certains plus glamour et d'autres plus girly ... Mais toujours une collection pour les filles !

 

 

• Quelles sont vos inspirations ? Avez-vous des moments particuliers pour créer ? A quoi ressemble votre atelier ? Quels sont vos matériaux de prédilection ?

 

J'aime le beau, le féminin, le girly, les trucs de filles, les jolis imprimés, le poétique, les petits pois et tout ce qui est rétro et euh ... aussi la mode même si je l'ai laissée un peu derrière moi, elle est toujours un peu là ! 

Malheureusement pas d'atelier mais j'en rêve, alors j'ai investi tous les lieux de la maison ! Je créé le jour, la nuit, en vacances ... On réfléchit toujours à ce que l'on pourrait créer ou inventer, toujours à l'affût de ce qu'il se passe autour de nous, ce que les gens aiment ou non, le monde qui nous entoure est une vraie inspiration. Toutes mes illustrations sont faites à la main, car j'adore le contact avec mon crayon et mes feutres ... puis quelques retouches de couleurs à l'ordinateur, de toute façon, maintenant "tout est retouché" n'est-ce pas ? Un vrai plaisir de dessiner à la main.

 Toutes mes créations de bijoux et d'headband sont également réalisées à la main par mes soins, quelques heures de travail en perspective ...


• Quelle est la création dont vous êtes la plus fière ? 

Je n'ai pas vraiment de création préférée ou dont je suis la plus fière, disons que j'aime beaucoup ma " Melle Pépette " qui est l'origine des gribouillis du Poulpe Râleur et puis dans un certain côté il paraît qu'elle me ressemble beaucoup !
Je suis contente de ma petite collection de headbands qui marchent plutôt bien sur ma boutique ALM, j'ai de supers commentaires de la part des acheteurs et ça c'est un vrai plaisir ! Merci à eux.

• Avez-vous des projets ?  

Des projets ? Oui je commence à développer les gribouillis du Poulpe Râleur depuis peu, j'aimerai pouvoir vendre dans plusieurs boutiques ( j'en ai une sur Perpignan "INKME" ), me faire connaître davantage et aussi trouver une maison d'édition et ainsi développer encore plus d'objets ou d'accessoires autres que des bijoux.
Mon rêve serait de pouvoir éditer ma carterie et ma papeterie ! Pour le moment je vais participer aux marchés de Noël et je vends aussi dans des comités d'entreprise en expo-vente, ce qui est moins glamour ;)
En attendant, chers lecteurs de Pillapon, je vous invite à venir découvrir mon univers sur www.illustration-carterie.com, j'espère que mes créations vous plairont ! Et si vous aimez ce que je fais, n'hésitez pas à en parler autour de vous, entre vous, avec vous ... :) Merci et attention à vos yeux ! 

Le Poulpe Râleur 


-------------------------------------------- Testé ET Approuvé ----------------------------------------

J'ai pour ma part craqué sur le collier branches d'étoiles noires ( qui existe aussi en rouge et en beige ) qui offre un super rendu et se glisse délicatement autour du cou :

Image 5-copie-2       Image 1-copie-2

Je suis ravie de la qualité de ce bijou ainsi que de la finesse du motif et de sa légereté. Je ne le quitte plus depuis que je l'ai reçu ! Je remercie donc Sabine de ce partenariat découverte et du soin qu'elle met dans toutes ses créations. 

En ce moment Le Poulpe Râleur vous invite à profiter de ses ventes privées sur sa boutique "A little Market", alors profitez-en pour découvrir les créations de cette délicieuse créatrice ! :) link


Image 4-copie-1  Image 5-copie-1  Image 8-copie-1  Image 7-copie-1  Image 9-copie-1

Jolis Headbands à partir de 22,90€
Collier nuage tout en transparence 17,90€ 
Carte double "Melle Pépette" 3,70€
Collier branche de cerisier 15,90€
Bague cabochon rétro en verre "Melle Pépette" 10€


Repost 0
11 octobre 2012 4 11 /10 /octobre /2012 22:00

Image-1-copie-1.pngAujourd'hui pas beaucoup de temps mais quelques (bonnes) nouvelles à vous faire partager alors voici ce petit article "News" :

 

# En ce moment c'est une période de soldes entre les soldes : c'est donc le bon moment de faire des affaires si quelques achats de rentrée s'imposent :

 

- Virgin fait 50% de réduction sur tous les agendas scolaires 

- Etam solde une grande partie des modèles de lingerie de sa nouvelle collection ( de 30 à 50% )

- Naf-Naf offre à partir de demain 20% supplémentaires sur la séléction d'articles soldés entre 30 et 50% et toujours 10% sur le reste de la collection : du 3 au 14 octobre 2012 

- Monoprix propose 15% de réduction sur toute la mode Homme le vendredi 12 octobre et sur toute la mode femme et les accessoires ainsi que la lingerie les samedi et dimanche 13 et 14 octobre 2012

- Le site Places des Tendances s'octroie également quelques soldes sur certaines marques allant jusqu'à 50% 

- Le site MOOD by me (dont le principe du prêt à porter sur mesure à la portée de tout le monde a été récemment présenté aux infos ) offre quant à lui 8€ pour la commande de votre premier article, 20€ dès 110€ d'achat et 50€ dès 250€ d'achat pour fêter ses deux ans d'existence

- les magasins PICARD présentent les 10 jours Shopping avec des réductions sur la plupart de leurs produits  du 2 au 14 octobre 2012

- la FNAC propose également une sélection de livres, matériel scolaire et autres curiosités à prix cassés

- Idem pour EURODIFF, PROMOD, DEVRED, LES GALERIES LAFAYETTE, H&M et j'en passe ... ( je vous invite d'ailleurs à compléter cette liste non exhaustive dans les commentaires si vous avez d'autres info à faire partager :) )

Bref si vous voulez faire des affaires c'est le (dernier) week-end pour en profiter ! 

 

 

# Je me suis inscrite, il y a de ça maintenant 2 semaines, au Golden Blog Awards et vous invite donc à suivre le lien pour m'accordez vos votes ( mais uniquement si je le mérite hein ^^ ) histoire de faire un peu connaître Pillapon : link

Merciiiii :)

 

# Dans la même veine, je souhaite vous faire découvrir une nouvelle rubrique sur ce blog nommée "Portrait de créateur" dont le premier article paraîtra demain. Il s'agira de créateurs originaux habitant aux quatre coins de la France qui vous présenteront leur travail à travers une interview et quelques photos. J'espère que cette nouvelle expérience vous réjouira autant que moi, mais je ne vous en dis pas plus ce soir et vous laisse découvrir dès demain cette nouveauté de Pillapon.

 

A demain ! :)

 

 

Repost 0
Published by pillapon - dans Sujet de discussion
commenter cet article
10 octobre 2012 3 10 /10 /octobre /2012 00:00

Image-3.png

 

Image-7.png

 

Image-11.png

 

Image-9.png

 

Image-2.png

 

 

Image-12.png

Image-13.png

 

Image-5.png

 

Image-1.png

 

Image-15.png

 

Image-10.png

 

Image-8.png

 

Image-4.png

Repost 0
Published by pillapon - dans Reportages photos
commenter cet article
9 octobre 2012 2 09 /10 /octobre /2012 00:13

Image-1-copie-5.png# Deux petits pas sur le sable mouillé d' Anne-Dauphine JULLIAND ( récit de vie, témoignage ):

 

" L'histoire commence sur une plage, quand Anne-Dauphine remarque que sa petite fille marche d'un pas un peu hésitant, son pied pointant vers l'extérieur. Après une série d'examens, les médecins découvrent que Thaïs est atteinte d'une maladie génétique orpheline. Elle vient de fêter ses deux ans et il ne lui reste que quelques mois à vivre. Alors l'auteur fait une promesse à sa fille : "tu vas avoir une belle vie. Pas une vie comme les autres petites filles, mais une vie dont tu pourras être fière. Et où tu ne manqueras jamais d'amour".

Ce livre raconte l'histoire de cette promesse et la beauté de cet amour. Tout ce qu'un couple, une famille, des amis, une nounou sont capables de mobiliser et de donner. Il faut ajouter de la vie aux jours, lorsqu'on ne peut pas ajouter de jours à la vie. "

 

Conseillée par Magali, cette lecture a été un véritable coup de poing. J'ai eu du mal à trouver le livre en librairie cet été ( il était toujours épuisé ou une personne avait acheté le dernier le matin même ... ) mais j'ai pu l'emporter lors de notre séjour à Amsterdam, début septembre. J'ai donc débuté ma lecture dans la belle chambre que nous avions louée sous les toits, après une longue journée passée à crapahuter dans cette sublime ville. Je me suis offert un carnet Moleskine après notre visite de la maison d'Anne Frank ( dont je reparlerai prochainement tellement celle-ci m'a chamboulée ) et je vous propose de vous livrer les premières impressions que j'ai eu de cette histoire incroyable.

" J'ai enfin décidé d'attaquer la lecture de "deux petits pas sur le sable mouillé " et les premières 50 pages m'ont déjà bien chamboulées. J'avais les yeux humides en parcourant les premiers chapitres mais j'aime la plume sincère de cette femme qui nous ouvre son coeur et son intimité. Je ne sais pas si j'aurais la force de mener un tel combat. Je pense qu'à leur place j'aurai voulu un dépistage in utéro pour le bébé. Mais je ne veux pas les juger, juste les comprendre. Je n'ai jamais lu un livre pareil et j'en déguste chaque mot. Je ne regrette absolument pas son prix plutôt élevé et suis maintenant fière de remercier de cette façon l'auteur de cet incroyable journal intime. Je suis bouleversée. "

 

Bref un très beau livre, une leçon de courage mais surtout d'amour, une lecture parfois difficile les yeux très souvent embués par certains passages. Mais à lire, vraiment. Merci Magali pour cette incroyable découverte.

 

 

# Ta carrière est fi-nie ! de Zoé SHEPARD :

 

" - Vous savez quel est votre problème ?

L'idée surgit dans mon esprit : travailler pour des cons ?

- Je brûle d'envie de le savoir.

Le premier fonctionnaire de la ville se cale contre le dossier de son fauteuil, et déclare doctement :

- Vous êtes méchante.

- Ah oui, quand même. "Méchante". Vous n'y allez pas avec le dos de la cuillère. C'est une accusation très grave.

- Je vais prendre les mesures qui s'imposent. "

De retour dans cette mairie, qu'aucun lecteur n'a oubliée, après un congé sabbatique d'un an, notre "desperate fonctionnaire" retrouve son service de la Direction Internationale toujours aussi léthargique et qui ressemble de plus en plus à une agence de voyages au service des élus. Simplet, Coconne, le Don et Grand Chef Sioux n'ont pas changé et embarquent cette fois notre héroïne en Afrique ... Incompétence, gabegie et népotisme règnent plus que jamais en maîtres ! Une saison 2 aussi attendue par le public et les médias que redoutée par ses anciens collègues ! 

 

Que dire de plus ? J'ai adoré ce deuxième opus de Zoé Shepard et ne peut que vous conseiller de le lire ... absolument ! :) 

 

 

# Madeleine d'Amanda STHERS :

 

Il l'a vouvoyée. Il n'a parlé de rien. Ni de maisons, ni de ce lit, ni de cette fois. Est-ce un rendez-vous ? Une deuxième visite ? Il a donné l'heure d'arrivée de son avion. Le même, même jour. Déjà deux mois plus tard. Le souvenir est bien là, brûlant sur les cuisses de Madeleine. Est-ce qu'il faut aller chez le coiffeur ? Du noir, ça mincit mais la peur aussi, le lointain. Du marine ? Du marron ? Du temps, pas beaucoup ? Que dit-elle ? Elle dit oui, je vous attendrai. Le silence est long. " Vous me reconnaîtrez ? " essaie-t-elle. Il ne répond même pas. Elle ne sait pas comment on attrape un homme, ils lui glissent entre les doigts comme celui du vif-argent, et celui-là est bien plus qu'un homme. Il est celui qu'elle aime, celui qu'elle attendait.

 

Je suis un peu partagée concernant cette lecture. J'ai beaucoup aimé la description du personnage de Madeleine, engluée dans ses habitudes de vieille fille et ses rêves éternels de prince charmant. Cependant je trouve que l'histoire d'amour qui est résumée dans ce synopsis est un peu triste et fade, voire un brin vulgaire, prônant la totale soumission féminine pour cause de potentiel grand amour. Je ne vous le conseillerai pas même si la Bretagne qui y est dépeinte nous chatouille les narines avec ses effluves marines. Un peu déçue donc par ce livre emprunté à la collection parentale.

 

 

Et vous, des lectures intéressantes pendant ce mois de septembre ? :)

Repost 0
Published by pillapon - dans Parlons bouquins
commenter cet article
8 octobre 2012 1 08 /10 /octobre /2012 10:31

Image-1-copie-4.pngJe me réveille dimanche matin alors que le jour perce à peine à travers les volets métalliques de mon appartement. Instinctivement je m'étire, bouge un peu, jusqu'à ce que mes jambes rencontrent les siennes, sagement pliées de son côté du lit. Alors mes lèvres se réveillent elles aussi et je souris en me tournant vers lui laissant mes mains se perdre dans ses cheveux et le long de son dos. Il marmonne des mots doux encore embrumé par la nuit qui s'efface à peine.

 

Nous traînons toute la journée ou presque ( puisque notre journée se termine à 16h34 ) en mode cool-cool-cool et j'adore deviner sa silhouette dans son pantalon de jogging noir un peu lâche. Viennoiseries en pagaille sont de la partie, dévorées comme le veut la tradition, à même le lit. Je tourbillonne dans mes habitudes avec bonheur car il se charge juste de par sa présence de rendre beaux ces moments simples du quotidien. On rit comme des gamins face à une vanne de l'autre, déclenchant une bataille de guilis qui laissera vite tomber les armes au profit de quelques longs baisers volés.

 

Il m'enlace la taille pendant que je cuisine un truc rapidos, m'entraînant à nouveau sur le lit pour découvrir la traditionnelle semaine des Guignols et nous rebondissons sur une situation cocasse pour parler un peu de ce qu'il aime tant, la politique. Nos discussions sont riches, belles et nourries d'une admiration commune qui nous fait rêver devant l'élocution et les arguments de l'autre sur un sujet particulier ( même si la plupart des mots utilisés nous semblent parfois relever d'une autre langue puisqu'appartenant à un vocabulaire particulier intéressant l'un de nos deux domaines de compétences ).

 

Après une rapide douche nous nous habillons enfin pour sauter dans le tram direction la gare. Nous parlons encore pendant le trajet, de projets, de nos proches ou encore des obligations estudiantines qui vont très vite se rappeler à nous. Mais l'arrêt de la gare est déjà le suivant et c'est un petit pincement au coeur qui me guette sur le parcours des quelques mètres qui nous séparent encore de la gare. Je le serre un peu plus fort contre moi et inspire à pleins poumons son odeur, celle qui comme une drogue va me manquer douloureusement après son départ. 

 

Nous sommes sur le quai et nous plaisantons un peu maladroitement afin d'écarter le malaise entourant le moment de la séparation. Il est sur la marche du train et moi sur le bord du quai. Je lui crie qu'il faut vite que nous planifions notre prochain week-end à tous les deux, dans trois semaines environ. Ma gorge se serre un peu et il m'embrasse doucement après m'avoir répondu. Nous nous enlaçons alors que retentissent les sifflets du départ. Je redescends alors à reculons du marche pied de son wagon et nous n'avons que le temps d'échanger un dernier baiser avant que la fermeture automatique des portes nous sépare pour de bon. 

 

Ca y est. Je suis seule sur le quai. Il me fait de grands signes derrière la porte vitrée mais le reflet ne me renvoie que mon image de pauvre chose esseulée sur un quai de gare. Je le regarde s'asseoir et marche à ses côtés alors que le train part, son visage disparaissant bientôt dans la continuité de l'enchaînement des différents wagons. Je redescends les marches me guidant vers la sortie d'un pas un peu plus lourd, resserrant mon manteau autour de mon petit coeur malmené mais la tête haute pour vaincre l'assaut des larmes qui complotent pas loin.

 

Quelques mètres plus loin, un texto et mon sourire revient : " Je t'aime ma belle "

 

Repost 0
Published by pillapon - dans Love
commenter cet article
4 octobre 2012 4 04 /10 /octobre /2012 11:32

Une part de ma personnalité que je n'ai pas encore beaucoup exploité sur ce blog concerne une passion pour la déco. Je chine pas mal pendant mes voyages, sur les sites d'occasion ou encore dans les boutiques de déco à prix discount, pour créer une atmosphère toujours très colorée mais par touches seulement, un cocon multivitaminé dans lequel je me sens bien. Mon 32 mètres carrés ne me permettant pas non plus de multiplier les pièces à décorer, j'essaie de créer des "coins" particuliers comme une délimitation au sein d'une même pièce d'univers et de fonctions différentes.

 

J'ai donc eu envie de vous faire partager quelques images de ce chez moi, en débutant par un univers que j'aime beaucoup, j'ai nommé mon coin " salle à manger " :

 

Image-6-copie-4.png

 

Image-7-copie-3.png

 

Image-3-copie-10.png

 

Image-2-copie-15.png

 

Image-4-copie-8.png

 

La belle et grosse malle en cuir, lin et osier tressé provient d'un décor de vitrine de la chaîne de magasins Massimo Dutti. Elle m'offre un rangement très spacieux pour entreposer du linge de maison et des livres pour enfants ( que je garde précieusement en attendant d'ouvrir mon cabinet ^^ ).

 

Elle est réhaussée d'un petit panier en osier recouvert d'un tissu à carreaux rouge et blanc que s'est approprié Maguy pour faire sa sieste d'après-midi.

 

Ma petite table en verre est signée Ikea et je l'ai dénichée sur le site Leboncoin.fr, vendue avec ses deux petites chaises pliables blanche et acier. La troisième chaise provient d'une brocante, je l'ai réparée puis repeinte en rouge cerise. Concernant les coussins qui agrémentent leur assise, les gris sont tout doux et signés Le linge de Jeanne et proviennent tout comme le multicolore de la chaîne de magasins Eurodiff, où je trouve souvent mon bonheur à petits prix.

 

Sur le mur blanc sont accrochés deux petits coeurs faits de branches entremêlées trouvés à Maison du Monde. L'aquarium mural a été chiné sur un vide-grenier, neuf et toujours emballé, et a accueilli une plante aquatique ainsi que quelques escargots d'eau douce. Et le fameux tableau provient de la collection Yellow Corner.

Repost 0
Published by pillapon - dans Déco
commenter cet article
3 octobre 2012 3 03 /10 /octobre /2012 08:00

Image 2-copie-14

 

" - Nan mais regardez-les, assis en terrasse devant leur bière du matin au soir, à siffler les filles qui passent tout en leur dégainant un commentaire déplacé.

- Oui c'est vrai, il n'y a souvent que des hommes dans ce café.

- C'est parce qu'ils refusent de servir les femmes, on y est même interdites d'accès ! Moi la dernière fois je leur ai dit d'arrêter leurs conneries, parce qu'on est en France ici et qu'il y a des lois qu'il faut respecter.

- Ah ? Moi la dernière fois je devais attendre quelqu'un à la gare alors j'y suis entrée pour prendre un café. Bien sûr j'étais mal à l'aise car ils étaient tous là à me regarder mais on ne m'a rien dit et je suis restée le temps de finir ma consommation. 

- C'est sûrement parce que vous êtes blanche, ils ont rien osé vous dire directement. Mais moi ces mecs-là ils me dégoûtent. Passer leur journée au bar en attendant que le RSA leur tombe tout cuit dans le bec. Moi je dis la France elle nous accueille alors le minimum qu'on puisse faire c'est de la respecter.

- C'est sûr.

- Nan parce qu'eux, là, ils parlent de racisme et de manque de respect mais c'est eux qui se foutent de la France ! Ils ne pensent qu'à profiter du système et ne rien faire de toute la journée. Moi je dis, la France il faut la respecter. Ca me révolte les gens comme ça qui salissent l'image des immigrés et donnent raison au zêle de LePen. Je le dis et pourtant hein, je suis loin d'être blanche ! ( rires ) "

 

Hier j'ai été témoin de cette conversation entre deux usagères du bus alors que je rentrais de mon périple gynécologique dans les quartiers environnant la gare de Nice. 

J'ai fait deux-trois agences immobilières pour rapporter une petite étude du marché à mes parents et je suis restée au coeur du sujet :

 

" - Ben dans votre budget j'ai pas grand chose. Dans le centre-centre de Nice j'entends. Hein. Bon bien sûr si vous allez vers des quartiers, pas très éloignés de Jean Médecin, mais proches de la gare vous allez trouver des biens à des prix plus intéressants. Mais il faut pouvoir composer avec le côté ... "populaire" de ces quartiers. Enfin c'est le cas pour le moment mais vous savez ces quartiers-là sont étiquetés "en devenir" et dans quelques années, le centre s'étant forcément étendu, ils deviendront beaucoup plus côtés et le niveau de la population augmentera de ce fait. C'est peut-être même le meilleur investissement sur la durée que l'on puisse faire, que d'acheter dans ces quartiers. Bon bien sûr il faut pouvoir y vivre le temps que le changement suive. Mais vous venez d'où vous ? De Pasteur ? Ah oui, donc vous avez l'habitude ... "

 

Et encore, je vous épargne les haussements de sourcils et les grimaces du bout des lèvres.

 

En sortant de cette agence je suis montée dans le tram et une belle jeune fille voilée m'a fait avec un grand sourire une place à côté d'elle. En arrivant au terminus j'ai traversé le fameux Pont René Coty qui sépare mon chez-moi du Leclerc et j'ai salué des ouvriers qui entamaient leur pose déjeuner d'un bonjour amical, auquel ils ont gaiement répondu. Sans commentaire déplacé ou petit sifflement.

 

Plus tard alors que je récupérais à l'école les enfants métisses que je garde régulièrement, une maman black m'a accostée et demandé avec un beau sourire dévoilant ses dents blanches, ce que je mettais sur la peau de ma fille qui sortait apparemment d'une attaque ciblée de varicelle. J'ai ri en expliquant que je ne le savais pas mais que je demanderai à sa maman car je n'étais que la baby-sitter.

 

Encore plus tard, après avoir confié mes deux petits monstres aux soins de leurs (vrais ) parents, j'attendais le bus quand une femme voilée est arrivée essoufflée à l'arrêt, tentant de déchiffrer les horaires. Je lui ai proposé de regarder sur mon application à quelle heure était son prochain bus et elle m'a remerciée chaleureusement, s'asseyant à côté de moi et me confiant qu'elle avait mis des talons sous sa longue jupe et que, punaise, qu'est-ce que c'était du sport que de courir toute la journée avec ça aux pieds ! Nous avons ri ensemble et son bus est arrivé.

 

Je crois que cet article n'a pas besoin de déclaration ni de conclusion.

Mais mon plus beau moment de la journée et la preuve de cet enrichissement quotidien et culturel qu'est pour moi la mixité sociale, fut cette conversation alors que je me rendais en cours :

 

En sortant de chez moi un peu pressée pour aller en cours je suis tombée sur trois petits vieux marocains, avec qui je discute un peu parfois, mon bonjour quotidien entraînant souvent quelques commentaires sur le temps ou les travaux dans le quartier, qui étaient en train de charger le coffre d'une voiture. L'un d'entre eux m'a alors arrêtée juste une seconde avec toute la lumière de ces origines peinte sur son visage ambré :

 

" - Excusez-moi mademoiselle, mais vous savez ce que j'aime vraiment chez vous ? 

- Heu non ...

- Devinez ! 

- Je ne sais pas, vraiment.

- C'est que vous avez toujours le sourire. Toujours ce sourire qui éclaire notre rue. Alors merci mademoiselle. "

 

Je crois que c'est mal barré mon histoire de potentiel déménagement. J'ai Pasteur dans la peau. Ouep, désolée ma p'tite dame.

Repost 0
Published by pillapon - dans Sujet de discussion
commenter cet article
2 octobre 2012 2 02 /10 /octobre /2012 17:07

Image-2-copie-11.png

 

Image-14.png

 

Image-18.png

 

Image-16.png

 

Image-11-copie-3.png

 

Image-10-copie-4.png

 

Image-6-copie-3.png

 

Image-17-copie-1.png

 

Image 4-copie-6

 

Image-2-copie-12.png

Repost 0
Published by pillapon - dans Reportages photos
commenter cet article
1 octobre 2012 1 01 /10 /octobre /2012 10:05

HierImage-2-copie-13.png c'est après une nuit douloureusement écourtée que mon réveil m'a tiré (difficilement ) du lit à 8h un dimanche matin. J'étais encore fourbue de mon trajet Aix-Marseille-Nice via TER de la veille qui m'avait entraînée dans la quête (quasi ) impossible d'un bus passé 21h sur Nice. Bref, j'étais arrivée tard dans mes pénates et Maguy n'avait rien trouvé de mieux que de m'engueuler pendant au moins une heure à coups de miaulements déchirants.

 

Cette nuit-là, en plus, il a beaucoup plu. Et l'orage a réussi à me sortir de mes songes vers 4h du matin, faisant trembler les murs de mon petit appart' et poussant une petite boule de poils à squatter mon oreiller alors que sa place nocturne se situe habituellement à mes pieds. Re bref, je me suis levée avec une tête de Pokemon mononucléosé et je pensais que la journée s'annonçait décidément mal, comprendre que je ne savais vraiment pas comment j'allais pouvoir être crédible dans mon statut de prof ce matin avec cette tête-là. 

 

Mais je me suis tout de même retrouvée à suer dans cette montée vers la corniche moyenne, délaissant comme lors d'une traversée du désert successivement veste, foulard et pull. Je suis donc arrivée rouge tomate mais ça n'a apparemment pas choqué mes interlocuteurs qui m'ont tout de même vite proposé un verre d'eau. 

 

J'ai sorti mes affaires de la sacoche noire en simili cuir Mango que j'avais trouvé à trois fois rien neuve sur Ebay il y a ( déjà ) 2 ans ( ! ) pour déposer sur le petit comptoir à l'américaine de la cuisine livres et trousse et commencer à cheker les devoirs que j'avais donné la semaine précédente. 

 

Ma petite élève me regardait en souriant, fière de me présenter ses calculs bien effectués. Elle me présenta le nouveau DM de la semaine et nous nous y attelâmes sans tarder. Je lui expliquais les termes joyeux de factorisation, développement et réduction avec des flèches de couleurs, mettant tout de suite après en lumière des exercices pour bien lui faire comprendre les relations qui existaient entre ces différents termes. Je me mordais les doigts quand elle hésitait entre l'action du signe X et celui du + quand les petites lettres x ou y se joignaient au calcul. Ou encore quand elle voulait aller trop vite et transformait un signe en un autre ou oubliait un x dans sa lancée. Ou quand elle voulait assembler des x2 avec d'autres x, coûte que coûte, "pour que ça fasse moins de x". Ou quand elle paniquait dans les affaires de signes, se mélangeant les pinceaux avec des histoires d'ascenseur qui monte ou qui descend les étages. 

 

Je commençais à sentir poindre le découragement en moi mais décidait de souffler un bon coup et de re-expliquer avec d'autres mots, d'autres images. Je repris mes explications (douteuses) de guerres de gangs entre les + et les -, la faisant rire au passage et entrepris même de faire tomber ses hésitations au fur et à mesure en lui demandant de me "raconter" ses calculs au fur et à mesure qu'elle les résolvait.

 

Et je fus encore une fois émerveillée par la magie des mots. Mes encouragements du début énoncés avec une voix douce mais ferme donnèrent vite place à de chaudes félicitations et applaudissements quand elle gommait au fur et à mesure des exercices toutes ses appréhensions et que je sentais poindre alors en elle le plaisir de réussir. Ses yeux un peu fatigués du dimanche matin s'éveillaient progressivement sous les modulations de ma voix jusqu'à être suivis par son sourire, révélant deux petites fossettes sur ses joues roses encore marquées par l'enfance. 

 

Alors je pris conscience qu'il se jouait pendant ces cours bien plus de choses qu'une simple aide aux devoirs ou remise à niveau. Je sentais mon affection entourer sa silhouette courbée sur le papier et mes larmes pas loin quand je m'émerveillais de ses progrès du jour, la regardant droit dans les yeux, toujours avec cette même sincérité que quand je lui avais énoncé qu'elle avait un niveau à rattraper.

 

Alors j'ai su. J'ai su que cette affection que je lui donnais à travers mes explications et encouragements elle la percevait et la recherchait même en se concentrant plus et en réussissant, chaque fois, à faire tomber une à une ses difficultés. J'ai su que cette gamine avait la plus belle intelligence qui soit. Celle du coeur. Et qu'entourée de confiance et, il faut bien le reconnaître aussi, d'amour, elle allait franchir des montagnes.

Repost 0
Published by pillapon - dans Récits
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de pillapon
  • Le blog de pillapon
  • : Articles sur la vie, réactions, poèmes, expériences personnelles
  • Contact

Texte Libre

Recherche