Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 octobre 2012 2 16 /10 /octobre /2012 21:04

Image 1-copie-4

 

Je vous écris en direct de mon bain. Chaud, très chaud le bain. Du genre à laisser de la buée sur le miroir au-dessus du lavabo.

 

Quand j'étais petite, j'adorais profiter de cette buée pour inscrire des messages secrets qui s'évaporaient avec la condensation de l'eau et qui disparaissaient de la surface sèche du miroir. Comme par magie. J'aimais par dessus tout les retrouver lors du bain suivant quand la chaleur leur rendait vie, creusant les petites lettres mal habiles que j'avais dessinées de mes doigts d'enfant. Je me faisais gronder quand les parents s'en rendaient compte et petit à petit, à force de réprimandes, j'ai perdu cette habitude enfantine. Elle s'est rappelée à moi lors de mon dernier séjour chez ma Mamita, quand après une bonne douche tropicale je découvrais un message sur la grande glace laissé par une de mes petites soeurs, de séjour dans le Morvan deux mois avant. Et ce petit témoignage de leur passage, clin d'oeil à l'initiée que j'étais, m'a donné le sourire.

 

Aujourd'hui c'est plutôt les larmes qui perlent au coin de mes yeux et mes nombreux éternuements qui m'ont conduite à me faire couler ce bain. L'eau qui se condense libère enfin mes narines, la chaleur me chatouille la pointe des pieds pour remonter le long du mollet et mourir enfin sur mon ventre. Une petite serviette roulée derrière la nuque, je ferme enfin les yeux et me laisse aller aux sensations du moment. 

 

Ce matin, comme les précédents, je me suis réveillée avec l'oeil gauche en grande dépression. Le coin interne me démangeait tandis que de fines larmes s'échappaient en un chapelet de protestations du coin externe. Mes paupières, congestionnées, me donnaient un air de lapin mononucléosé. Mon trait fin d'eye-liner s'effaçait presqu'aussitôt posé et je peinais terriblement pour appliquer le mascara sur mes cils qui se refermaient comme un tic à chacun de mes éternuements, auréolant mes yeux de pattes mouchetées. 

 

J'ai tout de même pu me composer une tête présentable pour filer au lieu de rendez-vous. Emilie's Cookies. La belle pancarte rose, gourmande m'appelait à elle et j'entrais pour la première fois dans cet havre de paix chocolatique d'un pas un peu hésitant. J'enlevais alors mes grosses lunettes de soleil masquant la tristesse plus qu'apparente de mon oeil gauche et m'installait dans un coin, sur un beau canapé autour d'une table basse. Mon interlocutrice passa presqu' aussitôt la porte de l'enseigne et nous nous reconnûmes bien que nous nous rencontrions pour la première fois. Un minute maid et un thé vert à la menthe plus tard nous discutions passionnément de voyages, d'études, de parcours et de création. Malgré la vision embuée que m'offrait mon oeil gauche, je ne pouvais qu'être passionnée par tout ce que je découvrais et la joie de vivre que transpirait mon interlocutrice. La différence d'âge, abordée pendant un quart de seconde, s'effaça aussi vite et je me plu à reconnaître certaines de mes aspirations chez elle, cette nouvelle belle personne qui entrait dans mon réseau de connaissances. Le monde fluctuant autour de nous ne m'indisposa à aucun moment, nous avions crée une bulle bien loin des tracas du quotidien. Seules mes pensées étaient un peu embrumées par la fièvre et je tentais péniblement de donner une répartie fraîche et claire alors qu'une tempête battait sous mes tempes. Celle-ci s'apaisa comme par miracle quand elle sortit de son sac une multitude de petits sachets transparents, contenant autant de modèles originaux que de couleurs et formes attrayantes. 

 

Et j'eus l'impression d'être revenue à l'âge où l'on écrit dans la buée. L'âge où je pouvais passer des heures entières, sous mon bureau, à confectionner de longs et fastidieux travaux en perles de rocailles : crocodiles, colliers multi-fils, bracelets fleurs. Je me suis souvenue des impressions mélangées qui m'assaillaient quand j'entrais dans une boutique d'arts créatifs. L'émerveillement devant tant de splendeurs, l'excitation quand je trouvais une perle originale à insérer dans ma future création mais également la frustration de ne pas avoir assez d'argent de poche pour combler ce désir de possession. "Quand je serais grande ..." - me répétais-je souvent.

 

Je fus comme une petite fille donc à la découverte d'autant de merveilles visuelles. Les yeux gourmands passant d'une création à l'autre, les oreilles charmées par les explications qui accompagnaient chacune d'entre elles. Et le moment de faire un choix me parut surhumain. J'avais tant de désirs, tant d'idées qui se bousculaient, là, en moi. J'imaginais bien ce beau et gai sautoir graphique orner mon pull à col roulé noir cet hiver, ou encore ce petit bracelet si fin avec ses couleurs nacrées porté fièrement à mon poignet. Et c'est au milieu de ce dilemme où l'imagination a ses raisons que la raison ignore, que je les vis. Cette gracieuse paire de boucles d'oreilles dorée encerclant un motif nuancé de corail. Et je sus que c'étaient elles qui se frayeraient le plus facilement une place dans le rituel de mes bijoux fétiches.

 

Un coup de coeur comme on dit. Si fort que, une montagne d'éternuements avec chatouille du nez en prime plus tard, alors que cette belle rencontre de la matinée se transforme doucement en souvenir agréable, je ne peux me résoudre à décrocher de mes oreilles ces boucles si légères qu'elles semblent avoir été faites pour se faire oublier une fois portées.

 

Il va bien falloir tout de même que je les enlève pour dormir ... ;)

 

 

Clin d'oeil particulier à Marie-Ange dont j'ai adoré faire la connaissance aujourd'hui et qui a trouvé une nouvelle fan de son remarquable travail.

Partager cet article

Repost 0
Published by pillapon - dans Récits
commenter cet article

commentaires

pillapon 17/10/2012 12:01

Merci Laëti ... Et merci pour la joie que tu me donnes quand je constate qu'un commentaire a été laissé au bas de mon article

Laëtitia 17/10/2012 11:34

Tu écris merveilleusement bien ma petite Camille ... :)
Et j'ai hâte de voir ces jolies boucles d'oreille !

Mais HONTE A VOUS ! Aller à Emilies Cookie sans prendre un muffin, un cupcake, ou un cookie, sacriiiiilèèèèèège !

Présentation

  • : Le blog de pillapon
  • Le blog de pillapon
  • : Articles sur la vie, réactions, poèmes, expériences personnelles
  • Contact

Texte Libre

Recherche