Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juillet 2011 2 05 /07 /juillet /2011 23:50

 

P1030164

 

Une boule au ventre. Dès le réveil je l'ai sentie, là, tout près, juste entre le noeud de gorge et la pointe au niveau du sternum. Une sensation désagréable et des idées tourmentées. Ma matinée fut studieuse, entre deux gorgées de jus d'orange. Puis j'ai pris du temps pour moi, du temps pour me préparer, chouchouter le physique pour calmer le psychique. Et ça a plutôt marché. J'ai pris le volant avec Maman et Loulou, pour m'exercer, dans toutes les petites rues vicieuses d'Aix et ai salué tous les rond-point. Mais la boule au ventre ne m'a pas lâchée. Appuyant même parfois un peu plus après une bête erreur de conduite, comme une mortification silencieuse. Je n'ai presque rien pu avaler au déjeuner, redoutant le décompte jusqu'à l'heure critique. Mais j'ai pris mon courage à deux mains, la mort dans l'âme, et ai grimpé dans le bus pour ma destinée. Une chaleur étouffante berça mes dernières révisions et c'est d'un pas fébrile que je franchi les derniers mètres me séparant des portes de l'auto-école. Et puis ...

 

Et puis, j'ai pris un tournant. Décisif le tournant. J'ai mis les BOUM BOUM stridents de mon petit coeur dans ma poche et ai gardé toute ma concentration pour la route et les informations données par mon moniteur. J'ai soufflé un bon coup, mais intérieurement. Je me suis détendue et je l'ai eue. Oui j'ai eu cette date de permis qui ne m'était pas encore véritablement acquise avant cette leçon décisive. En descendant du véhicule, après mes 45 min de conduite, je marchais dans de la ouate. Grave. Et s'est alors que je me suis envolée.

 

J'ai souri bêtement, j'ai fermé les yeux et quand je les ai rouvert, je n'étais plus au même endroit. Loin, le tumulte d'Aix en préparation de soldes. Loin, la circulation bruyante et les coups de klaxon. Loin, la petite clio de l'auto-école. Je me suis réveillée sur une plage des Lecques, en maillot de bain deux pièces. Mes petites soeurs sautaient dans les vagues et maman somnolait à côté de moi. Le vent caressait ma peau dénudée en y déposant quelques grains de sable. Des bébé gazouillaient. Un kaléidoscope de couleurs s'étalait sur des maillots de bain de toutes sortes. Des pelles et des râteaux surmontaient de frêles châteaux de sable. Une odeur de Chichi surplombant celle, ambiante, de la crème solaire titillait mes narines. Mes cheveux nattés chatouillant mon cou, j'étais bien. Mon esprit s'évadait, amusé par la proximité d'un nombre important d'autres destins. Je respirais. Enfin. Plus tard je me levais et rentrais dans la mer pour vérifier que tout ceci était bien réel et les vagues, vexées, enroulèrent mes chevilles d'algues. Elles venaient mourir sur mes hanches, éclaboussant mon petit ventre frileux. Je riais.

 

Encore plus tard, je clignais des yeux et nous retrouvais toutes attablées au MacDo du coin, mon appareil photo dégainé afin d'immortaliser ces sourires repus. J'embrassais d'un regard amoureux toute cette joyeuse troupe et aurai tout donné pour voir ce moment se prolonger.

Très tard, à moitié allongée dans le grand canapé-lit du pool-house, le corps respirant l'après-soleil fraîchement appliqué, j'aurai envie de vous transcrire cette journée atypique, entre cauchemar et volupté. Comme quoi, un grain de sable peut tout faire basculer ...

 

 P1030152

Partager cet article

Repost 0
Published by pillapon - dans Récits
commenter cet article

commentaires

Jankolique 25/10/2011 17:01


Celui-là aussi il est trop beau (enfin je pourrais mettre ça sur à peu près tooooouuuuus tes textes, je voudrais pas te spamer)
Il y a vraiment de belles choses qui sortent de te p'tite tête (si on ignore quelques blagues :P)


Présentation

  • : Le blog de pillapon
  • Le blog de pillapon
  • : Articles sur la vie, réactions, poèmes, expériences personnelles
  • Contact

Texte Libre

Recherche