Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 février 2013 4 07 /02 /février /2013 09:03

Capture-d-ecran-2013-02-07-a-09.55.54.pngLe bus me dépose à l'arrêt qui me semble le plus proche de l'endroit indiqué sur mon plan. Je traverse la rue, cherche un peu les numéros et tombe direct devant : Cabinet d'orthophonie. La belle plaque indique le deuxième étage, je sonne à l'interphone ce qui ouvre la porte. Deux étages plus haut une inconnue m'ouvre et sourit quand je lui apprends qui je suis. Elle m'indique la salle d'attente car "Elisabeth n'est pas encore arrivée".

 

Quelques minutes plus tard une femme à la cinquantaine sympathique vient me chercher et se présente, avec un grand sourire. "Bonjour, Je suis Elisabeth, entrez et posez vos affaires dans un coin". Je la précède dans le grand bureau : de grandes étagères, une multitude de jeux, livres et matériel rééducatif, des pochettes cartonnées de toutes les couleurs, quelques posters, un grand tableau blanc sur l'un des murs. Elle me désigne une des deux chaises face à elle, la plus proche de la fenêtre. Je devine une terrasse avec vue sur le Paillon. Nous échangeons nos formulaires de convention de stage et toujours avec le sourire, elle me parle quelques secondes de l'enfant qui va bientôt nous rejoindre. 

 

Les séances s'enchaînent. J'aime beaucoup ce rôle d'observateur que m'oblige ma position de stagiaire de 3° année. Bien que je ne participe pas je suis au coeur de la bulle ortho-patient : l'enfant est à quelques centimètres de moi, je peux le voir de profil quand il se concentre, son nez plisse ou ses mains triturent quelques mèches de cheveux. Tandis qu'Elisabeth, face à moi, derrière cette planche de bois qui symbolise les rôles de chacun, reste toute concentrée sur son petit patient, la voix douce et enjouée, bien que ferme parfois. Elle semble presque oublier ma présence, me décrochant un petit clin d'oeil ou gentil commentaire de temps en temps.

 

Moi, donc, j'observe beaucoup et je prends des notes. Ce qui intrigue les enfants. "Qu'est-ce que tu écris ?". "Eh bien tu vois j'apprends tellement de choses en vous observant que j'écris toutes les bonnes idées et la manière de faire d'Elisabeth pour pouvoir moi aussi un jour savoir quoi faire en face d'un patient." Je gribouille quelques noms de jeux, le déroulement de la séance et la pathologie concernée et dessine le matériel utilisé. Parfois un des enfants fait remarquer ma présence à Elisabeth. "Peut-être qu'on pourrait jouer avec Camille ou qu'elle pourrait m'aider ?". C'est donc avec grand plaisir que je redécouvre le scrabble et la richesse des mots d'un petit garçon de 7 ans ou encore le jeu de sept familles sur les mots en "é","j", "g", "ch" et j'en passe ou écoute un récit de la mythologie grecque lue avec plaisir par un adolescent. 

 

Il y a aussi les séances moins orthodoxes. Celles où l'orthophoniste essaie d'être le lien entre un adolescent retors et sa maman désespérée par son comportement. Et là encore je ne peux qu'admirer la douceur des mots bien choisis d'Elisabeth, la signification des progrès, le potentiel de cet adolescent : "Je suis sûre que tu peux aller très loin, tu as beaucoup de capacités, tu es quelqu'un de très intelligent mais si tu continues à mettre le collège sans dessus dessous le couperet va finir par tomber et ils vont te diriger en SEGPA. Est-ce que tu fais bien tes devoirs le soir quand tu rentres ?". "Oui, normal quoi. Mais je comprends pas l'utilité de toutes ses matières : français, maths, anglais, histoire-géo ... Genre tu vois le français, là on l'utilise quand on parle, donc pas besoin d'avoir des cours là-dessus. Les maths ça sert à rien et l'anglais je peux le voir dans les films et je comprends c'est bon quoi. Ils veulent tous qu'on soit bien sages mais c'est chiant d'être sage, moi je préfère m'amuser et faire rire les copains."

 

Et puis il y a les tout-petits patients, qui sucent encore leur pouce et entrent dans le bureau en tenant la main de l'orthophoniste. A qui je fais un peu peur, avec tout ce que je représente comme inconnu. Alors le temps d'une séance je rejoins la salle d'attente, relisant mes notes et observant aussi les familles qui se retrouvent ici, les copains de classe, les frères et soeurs, les parents overbookés accrochés à leur téléphone.

 

L'après-midi file à toute vitesse et il est bientôt déjà 19h30, Elisabeth me gratifie d'un sourire et me demande si l'après-midi m'a plu, si ce n'a pas été trop long. Je crois qu'elle se doute de mes réponses car mes yeux pétillent du bonheur des grandes découvertes. Je la remercie chaleureusement de prendre le temps de m'expliquer à chaque fois le parcours de l'enfant, sa pathologie dans les grandes lignes mais surtout de prendre le temps de répondre à mes questions, nombreuses et souvent maladroites.

 

Elle sourit, encore, et je me dis que ce sourire fait toute sa force, surtout après une journée d'orthophoniste telle qu'un mercredi.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by pillapon - dans Récits
commenter cet article

commentaires

pillapon 11/02/2013 12:26

Merci beaucoup pour ces mots doux qui me vont droit au coeur, Roxanne et Sun

sun 07/02/2013 20:41

merci pr ce joli article si bien écrit encore une fois qui donne envie de vite le vivre aussi, du côté de l'observateur en premier et de l'ortho ensuite. certes avec un peu d'appréhension pour moi,
mais rattrapée en pensant à ces futures journées toutes différentes et particulières à leur manière ! encore merci de ns le faire vivre un petit peu...

Roxane - Le Canard des Lapines 07/02/2013 12:43

Je suis totalement d'accord avec le commentaire de Solène, c'est merveilleusement bien écrit ! On se plonge totalement dans ton récit et on se dit que ça doit être bien sympa ton futur métier ;)

pillapon 07/02/2013 10:19

Oh merci voisinette

Solène 07/02/2013 10:10

Elle serait fière de lire ton article !! :-)
Et je pense que n'importe qui, hors orthophoniste, rêve maintenant de le devenir avec ce superbe écrit !!

Présentation

  • : Le blog de pillapon
  • Le blog de pillapon
  • : Articles sur la vie, réactions, poèmes, expériences personnelles
  • Contact

Texte Libre

Recherche