Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 septembre 2011 5 16 /09 /septembre /2011 12:49

P1040543.JPG

 

Dans un plat en verre je dispose consciencieusement les morceaux de poulet que je viens de dépecer. Je fais glisser un peu de jus cristallisé du tupperware ainsi que les 3 bouts d'oignon qui l'accompagnent. Et pendant que les marrons décongelés se font un SPA dans la casserole noire sur le feu, je rêve. J'ai du mal à sortir de mon lit. Je bâille souvent, la joue toute fripée par mes heures de sommeil bien consommées. " Plus on dort et plus on a envie de dormir " me chuchote une voix tonitruante. Et je souris.

 

 

Je la revois, belle, rousse, ses cheveux élégamment relevés autour de son visage. Ses boucles si savamment sculptées par des bigoudis par milliers mais froissées aussitôt par ses mains expertes. " Je ne veux pas faire trop sophistiquée ".

 

Je perçois son odeur de savon doux honorant sa peau de pêche plissant sous le poids des années. J'aime ses rides au coin des yeux. Et mon doigt qui s'applique à maintenir sa paupière alors que je la maquille. Son rire de demoiselle quand elle découvre le résultat. " Mais ça fait si naturel ! Et mes cils ... Jamais je n'arrive à les allonger de la sorte ! C'est quoi ton mascara ? "

 

J'aime me souvenir de ces moments de complicité. Et leur fraîcheur. J'aime conserver en bruit de fond la présence de mon amoureux, maltraitant la porte familiale en chêne massif à coups de ponceuse électrique. J'aime comme notre séjour lui fait plaisir.

 

Des éclats de rire percent la réalité de mes songes alors que je revis nos parties de Triomino. Je les vois, tous les deux, se chamailler les pièces de la pioche comme des enfants. Et pourtant l'un a 20 ans et l'autre 70 ans. Ou presque. Mais dans ce royaume du souvenir, l'âge ne compte pas. Il s'évapore au contact du bonheur.

 

Et je redeviens toute petite, me rendant au jardin avec mon petit seau et mes fraises. Avec cette luminosité des Walt Disney qui enveloppe toute la nature environnante, et je saute, à cloche-pied, de halo en halo.

 

J'ai toujours le ventre bien tendu en sortant de table, régalée par une jardinière de légumes ou une purée de pommes de terre maison. Et les pièces embaument l'odeur de pain d'épices qui s'échappe du four.

 

J'aime l'histoire qui transpire à chaque pierre de taille formant la maison familiale. J'aime descendre à la cave, longtemps interdite, et regarder la source d'eau perler le long des roches humides. J'aime l'entendre me raconter la vie paysanne, l'histoire de mes ancêtres. J'aime déjeuner tous les jours dans l'ancienne étable, là où les vaches chauffaient toute la maison. J'aime chercher dans la vieille armoire les traces de l'impact d'une balle allemande au temps des résistants. 

 

 

La sonnerie du minuteur me sort de ma rêverie. J'égoutte les marrons et les couche sur le poulet avant de remettre l'ensemble au four. Poulet fermier et marrons maison, évidemment. Ce sont les derniers vestiges de notre passage dans le Morvan, quitté mardi déjà. 

 

 

Je me souviens aussi de mes larmes face à sa solitude. De nos au revoirs, brefs mais intenses. Des bras de Nico dans lesquels je trouve si souvent tout le réconfort qu'il me faut. Émotive, hypersensible, mes larmes sont les mots de mon coeur. J'ai aimé ces quelques jours passés auprès de ma grand-mère, ou Mamita pour les intimes. Et c'est dur de quitter les gens qu'on aime sans savoir quand on pourra les revoir ...  

 

IMG 0068

Partager cet article

Repost 0
Published by pillapon - dans Récits
commenter cet article

commentaires

pillapon 23/10/2011 13:21


T'es adorable :)


Sophie 22/10/2011 19:27


Magnifique ! A lire et à relire ;)


pillapon 21/09/2011 00:38


Merci Marion !


Marion 16/09/2011 13:54


Très bel article, encore une fois. Ca fait plaisir de te lire à nouveau Camille :)
Gros bisous et à très vite sur Nice !


Présentation

  • : Le blog de pillapon
  • Le blog de pillapon
  • : Articles sur la vie, réactions, poèmes, expériences personnelles
  • Contact

Texte Libre

Recherche