Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juin 2012 4 07 /06 /juin /2012 00:00

Image-1-copie-14.png

 

C'est lors d'une de mes pauses pipi dans les Restrooms familliaux que je suis tombée sur ce hors-série de Télérama portant sur la vie et le personnage de Marilyn Monroe.

 

Marilyn. Une jolie brune née Norma Jeane, un premier juin 1926. Norma Jeane, un nom d'aventurière je trouve. Sa vie est retracée en une brève chronologie, au début du magazine. Peu de dates, beaucoup de grands événements. Un succès, une ascension fulgurante jusqu'à son décès dans la nuit du 4 au 5 août 1962 : elle est retrouvée morte, avec 8 mg d'hydrate de chloral et 4,5 mg de Nembutal dans le sang.

 

Ses poses hébétées lèvres entrouvertes m'apparaissent dans des clichés parsemés au gré des pages. " A l'arrêt la bouche de Marilyn toujours sourit. Dès les photos de Marilyn bébé, ses dents de lait s'ébrouent dans un écrin entrouvert pour toujours : que ma fausse joie demeure. C'est la loi des séries : le malaise naît de l'accumulation ad libitum, de la répétition à l'infini de cette pose bée, figée, mécanique. Seul André de Dienes put photographier la chute des commissures, un soir de déprime, par une nuit trouée de flashs. Alors la bouche s'est faite pulpeuse de malheur, charnue d'abandon."

 

Oui. Il apparaît très nettement tout au long du hors-série que Marilyn fût une âme perturbée. En effet elle perd sa mère peu de temps après sa naissance et se trouve confiée à la meilleure amie de celle-ci, Grace Goddard qui l'a placée en orphelinat et abandonnée plusieurs fois. " Il y a trop de trahisons autour de Norma Jeane. De la part de ceux qui l'adorent. Il n'a pas de loyauté  possible dans le monde de Marilyn. Trop de pièces contradictoires dans ce puzzle éparpillé. " 

 

Sa vie commence chichement : elle se marie en 1942 à 16 ans et travaille dans une usine où elle plie des parachutes et vernit des hélices d'avion. Et c'est là qu'elle est repérée par le photographe David Conover. Ensuite le destin lui sourit, enfin si on en croit l'arrière goût amer que laisse la lecture de passages de sa vie le succès l'a plutôt entraînée vers une succession de malheurs personnels et la recherche épuisante d'un dépassement de soi de la façon la plus exacerbée qui soit. 1946, premier divorce. Second mariage en 1954. Re-divorce moins de 6 mois plus tard. Troisième mariage en 1956 d'amour passionné cette fois. Fausses couches et grossesse sans lendemain. Divorce 5 ans après. Après le calvaire s'enchaîne plus rapidement : mai 1962 JFK met fin à leur relation après l'interprétation très lascive de Marilyn du fameux " Happy Birthday Mister President " et en août 1962 elle meurt d'une overdose.

 

Alors que je découvre la longue liste de ses malheurs, je la découvre toujours parfaite sur des clichés superbes. Son visage de Baby Doll, ses lèvres rouge sang, sa mouche au creux de la joue, ses boucles peroxydées, ses formes gourmandes et sa silhouette gracile. 

 

" Marilyn Monroe a conquis le monde, elle subjugue les plus grands réalisateurs, les hommes et les femmes se retournent sur son passage. Mais Marilyn Monroe ne sera jamais à la hauteur des exigences de Norma Jeane. " D'où des pillules multicolores toujours plus nombreuses au fil des années, avalées à coups de wisky coca, pour effacer le doute, les craintes et les crises d'hystérie, héritage familial.

 

Mais au milieu de toutes ses dérives, j'ai aussi trouvé de belles choses. Comme sa tournée en Corée, pour soutenir les soldats américains. Dix concerts en plein air en quatre jours, une pneumonie mais un des plus beaux souvenirs de sa vie. Ou encore sa détermination pour permettre à Ella Fitzgerald de chanter au Mocambo, célèbre club de Los Angeles qui refuse la célèbre chanteuse en raison de sa couleur de peau.

 

Je me suis rendue compte, au fur et à mesure de la lecture de ces pages, que je connaissais très mal cette personnalité emblématique de l'Hollywood de l'après-guerre. Et j'éprouve désormais de la compassion pour cette fille maltraitée par la vie alors qu'elle était promise à de belles et grandes choses. Elle me fait penser à une étoile filante. De celles qui naissent d'un rêve et s'éteignent juste après l'avoir réalisé ...

 

Ce soir nous avons mangé des makis et alors que je me régalais de ces petits délices faits de crevettes et de poussière d'arachides en les trempant allègrement dans le petit pot de sauce soja, je repensais à Marilyn et à cette découverte dans l'intimité des cabinets. Le ventre bien rempli, j'eus donc très envie de vous retranscrire cette rencontre hors du temps, quoi de plus normal puisque tirée d'un hors-série. 

 

Très belle journée à vous ! :)

 

Partager cet article

Repost 0
Published by pillapon - dans Sujet de discussion
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de pillapon
  • Le blog de pillapon
  • : Articles sur la vie, réactions, poèmes, expériences personnelles
  • Contact

Texte Libre

Recherche