Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mai 2013 4 30 /05 /mai /2013 10:32

 

Capture d’écran 2013-05-30 à 10.35.14

 

Les premiers rayons de soleil de la journée caressent mes épaules lors de mon ascension. Couchée tard mais réveillée tôt, j'ai eu des fourmis dans les pieds me poussant à profiter de ce beau début de matinée. Baskets au pied et musique dans les oreilles je monte d'un bon pas aux jardins du Monastère, quittant un quartier bruyant et affairé pour un autre plus zen et protégé, seulement séparés par quelques mètres de dénivelé.

 

Escalier sur escalier mon rythme cardiaque s'échauffe, mes muscles se réveillent et mes lèvres fredonnent la mélodie qui enchante mes oreilles. Je suis bien. Je suis loin. Loin de mes révisions, loin des fiches qui encadrent ma tête de lit, loin des cours stabilotés qui s'entassent sur mon bureau, à quelques centimètres de mon programme de révisions, affichant les jours et les tâches passés et ceux restant encore à accomplir. Ces pauses sportives me donnent l'impression de sortir la tête hors de l'eau, de ressentir mon corps un peu trop délaissé pour l'esprit en ce moment. Oui ça fait mal mais qu'est-ce que c'est bon de se sentir vivante.

 

J'entame mes tours du parc aux oliviers jouxtant la villa Matisse. Il n'y a presque personne, seulement quelques couples maîtres-chiens pas encore très réveillés et un petit rassemblement de personnes âgées à la terrasse de la petite buvette installée à côté du manège en bois. Ainsi que les hommes d'entretien, qui repeignent à la chaux la villa ou tondent l'herbe du parc. Je prends mon rythme et me noie dans les paroles de la musique. Je sens ma queue de cheval fouetter doucement mes épaules à chaque mouvement et cette sensation familière me rassure.

 

Lorsque mon entrain s'effrite un peu et que je commence à ressentir la sentence de ma gourmandise en période pré-partiels, je décide de ralentir un peu le rythme et d'aller faire quelques étirements dans le joli parc du monastère.

Le parfum des roses m'ennivre presque immédiatement, le ciel est bleu et la vue sur la mer complètement dégagée. Je me sens bien, apaisée. Je profite de cette pause pour effectuer quelques étirements et croise un joli matou caramel et blanc, lassivement allongé sur les dalles réchauffées du parc.

 

Mon regard perdu dans la vue, je tréssaute un peu quand je sens comme une caresse sur le mollet. Une longue queue tigrée se frotte contre ma jambe, tandis que son propriétaire hume mon odeur de transpiration. Il saute sur le petit muret auquel je suis appuyée et se met à ronronner, très clair sur ses intentions félines. Un petit câlin plus tard il reprend nonchalement son chemin, avec la fierté du propriétaire des lieux, s'arrêtant ici et là pour une pause toilette.

 

Et alors que je l'observe se prélasser au soleil, son pelage caramel noyé par des rayons dorés, je meurs d'envie de changer d'espèce et d'abandonner tout ce stress que la vie nous impose parfois, pour n'avoir d'autre préoccupation que le bonheur de l'instant, entourée par les fabuleux rosiers du monastère, avec une vue qui surplombe toute l'étendue d'une ville se jetant dans la mer.

Partager cet article

Repost 0
Published by pillapon - dans Récits
commenter cet article

commentaires

pillapon 31/05/2013 19:26

Oh merci Roxanne ! :)

Roxane - Le Canard des Lapines 31/05/2013 15:01

C'est très joli :) Bon courage pour tes révisions !

Présentation

  • : Le blog de pillapon
  • Le blog de pillapon
  • : Articles sur la vie, réactions, poèmes, expériences personnelles
  • Contact

Texte Libre

Recherche