Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 septembre 2012 4 27 /09 /septembre /2012 13:39

Image-3-copie-8.pngSous mes petits talons bobines le bitume marseillais tente de remettre dans le droit chemin mes pas hésitants. Les idées embrumées par de douces effluves d'alcool je titube gaiement en suivant la reine de la soirée. Nos éclats de rire réveillent le calme nocturne de la rue. Je l'attrape par le bras pour ralentir sa cadence de ballerina et lui plaque un gros bisou sur la joue. Nous sommes heureuses. L'insouciance de ce moment nous mène au nirvana du lâcher prise. 

 

L'escalier raide aux marches tortueuses me coupe dans mon élan d'ébriété. Je m'arrime à la rampe d'escalier pour reprendre mon souffle tout en stabilisant ma vision et je l'entends pouffer, déjà arrivée au palier supérieur, me regardant d'en haut. Les vieilles tomettes m'insufflent l'énergie nécessaire pour escalader les dernières marches avant de m'échouer sur son canapé-lit. Elle se démaquille maladroitement dans l'étroite salle-de-bain tandis que je peine à retirer mes vêtements. On chuchote trop fort et on ne parvient pas à réfréner des fous-rires communiquants. 

 

Blotties l'une contre l'autre dans le grand lit, on glousse encore quelques instants, ravies de nos petites victoires de la soirée. Puis elle s'endort, fermant ses fines paupières sur des yeux couleur océan tandis que je reste encore éveillée, trop excitée par l'alcool, le manque de sommeil et mes nombreux voyages de la journée. Les volets à demi fermés me permettent de deviner les détails de son appartement et les battements de mon coeur rejoignent les différents bruits de l'unique et grande pièce. 

 

Je l'entends respirer calmement et tandis que je tente de calquer ma respiration sur la sienne des bribes de cette courte mais intense soirée me reviennent.

 

Notre escapade à Aix, à peine après que j'ai déposé mes valises et la fatigue du voyage sur son palier Marseillais, pour retrouver une autre amie du lycée. Nos papotages où le fil de la conversation s'étirait dans tous les sens au gré des anecdotes des unes et des autres, nos blagues visant le serveur un peu perturbé, nos verres un peu délaissés sous le flux d'infos à partager. Et puis la séparation du trio au carrefour de la rue d'Italie et du Cours Mirabeau, les doubles embrassades et notre retour vers la gare centrale. 

 

Puis l'attente du TER, le veilleur de nuit un peu soft, le jeune couple changeant leur tout petit à quelques mètres de nous, les allées et venues de voyageurs et notre banc, où épaule contre épaule nous avons commencé à se confier l'une à l'autre. 

 

Le trajet du retour, bien qu'épique puisque témoin d'une grosse bagarre à son bord, nous aura paru une seconde, entre deux chuchotements et rires étouffés concernant quelques pratiques non orthodoxes, les doutes et les nombreuses questions qu'on se pose tous et toutes à un moment de nos relations, les larmes écoutées autant que les mots ou encore les paroles qui se veulent rassurantes mais dont seul l'humour est galvanisant. 

 

Et puis ce bar à quelques immeubles de chez elle où nous avons trouvé l'écrin parfait pour poursuivre la soirée. Les numéro à piocher pour tenter de gagner un coup à boire, les coupes de champagne gratuites pour les filles jusqu'à minuit, nos 10 shoots de vodka transformés en 20 par le barman aimant notre compagnie au comptoir, les tentatives d'approche de divers pompiers, compagnons du tour de France et autres lesbiennes un peu trop entreprenantes, vite désarmés devant notre complicité renforcée par l'alcool. 

 

Tout ceci mais surtout cette phrase, lâchée innocemment dans la conversation : " Je suis venue voir ma meilleure amie ". Et son intervention, les yeux brillants tournés vers moi accompagnant l'émotion de sa réponse. " Je ne t'avais jamais entendu le dire ... " 

 

Alors revenant à la réalité de l'instant, dans l'obscurité de la pièce et la tête à quelques centimètres de la sienne, j'ai senti glisser une larme sur ma joue. Une larme heureuse, un peu beaucoup alcoolisée mais une larme d'amour, une promesse d'amitié.

Partager cet article

Repost 0
Published by pillapon - dans Récits
commenter cet article

commentaires

Meka 27/09/2012 16:09

Petit texte touchant, surtout quand on connait les deux demoiselles dont il est question.
L'amitié est sacrée, prouvez au monde que vous avez les plus beaux cœurs du monde!

pillapon 27/09/2012 14:49

Merci les filles :)
Marion ton commentaire me touche énormément et je suis ravie d'avoir réussi à communiquer ces sentiments mêlés que je ressens à chaque moment passé auprès d'une personne que j'apprécie ! Belle
journée à toi :)

Marion 27/09/2012 14:42

J'adore ton texte Camille, il me parle beaucoup.
Ça respire l'amour, l'amitié, le bonheur d'être ensemble... Magnifique !

Laëtitia 27/09/2012 14:37

... :)

Présentation

  • : Le blog de pillapon
  • Le blog de pillapon
  • : Articles sur la vie, réactions, poèmes, expériences personnelles
  • Contact

Texte Libre

Recherche