Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 avril 2011 6 30 /04 /avril /2011 23:44

Image-6.pngEnvahie depuis quelques jours par un surplus d'infos publicitaires concernant le mariage du siècle, mes premières pensées au réveil furent pour cet événement. Maudissant mon nouveau réveil pas très coopérant à réaliser son utilité principale, à savoir me réveiller à des heures raisonnables, je me levais du pied gauche, réveillée plusieurs fois cette nuit par les facéties nocturnes de Louise. La télé, allumée qu'après un petit rab de grasse mat' dûment consommé, explosait sous le flot d'informations. Il me fallu d'abord choisir une chaîne et mon choix se fit en fonction des invités à commenter sur le plateau. Je zappais donc TF1 suite à une réflexion de K. Lagerfeld " il y en a qui ont de mauvaises longueurs de jupe. Celle avec la jupe en satin rouge, si elle avait 5 centimètres de plus, ça aurait été bien pour son genou ! Et les invités, je les trouve assez gros ! Je ne sais pas s'ils sont déformés par la télévision ...Disons simplement que je n'ai pas trouvé très fin - et encore moins mode - de critiquer la tendance bon vivant des anglo-saxons en général. Surtout après les scandales sur la maigreur famélique de certains mannequins de haute couture. C'est donc ce qui a motivé mon choix pour suivre le mariage sur M6.

 

Les invités n'en finissaient pas, véritable défilé de tenues surprenantes. Je suivais donc l'événement de manière assez passive, assise devant mon bureau un verre de jus d'orange à la main, petit-déj oblige, jusqu'à ce que le Prince Harry apparaisse dans la Bentley royale. Et ce n'est pas sur son élégance que je me suis arrêtée - aucun homme ne peut me détourner des yeux bleus de mon aimé - mais sur son uniforme. Le rouge et les galons m'ont instantanément rappelé quelque chose. Et d'anciennes images d'une projection abîmée par le temps me sont apparues : une jeune fille en haillons, une marâtre sans pitié, des souris comme meilleures amies, une marraine extraordinaire, un carrosse sortit d'une citrouille, et ... Et un prince. Oui un prince au beau pantalon et galons rouges. Un prince fantasmé, plus pour le principe et tout le romantisme que ce genre de dessins animés font naître dans les coeurs des petites filles. Des petites filles comme moi ou vous.

 

A partir de ce moment-là j'ai senti un long frisson parcourir tout mon être et dans mes yeux brillait sûrement la même petite flamme qui prenait vie quelques années plus tôt devant mes premiers Walt Disney. Alors toute la magie voulue eût enfin prise sur moi et je contemplais, subjuguée, le conte de fée renaître : l'arrivée de la mariée, superbe, rayonnante, sourire mêlant bonheur et trac, au bras de son papa. Un diadème dans les cheveux, une vraie princesse Disney. Le chignon en moins. Les voeux, le passage de l'unique alliance et l'air grave des deux amoureux devant les différents discours sur l'amour et la fidélité devant dieu qui suivirent. Ce fût Louise qui me tira de mon enchantement. " Bon, t'en as pas marre de toutes ses bêtises toi ? ". Frappée en plein vol, ma théorie sur le romantisme féminin. Pfiouuuuuuuut d'un coup, disparue.

 

J'abandonnai ainsi ici les festivités ( et à vrai dire il était temps, presque déjà 2 heures perdues à rêvasser ) et invitai Loulou à rejoindre une amie de longue date ( décidément c'est la période ;) ) pour un petit tour en bord de mer. Je m'offris donc un charmant déjeuner en trio ( même si Louise était plus connectée avec mon blackberry qu'avec nous ) siglé McDo. Hélas un vent d'enfer et quelques obligations nous séparèrent bientôt et Louise m'entraîna dans une petite virée shopping qui m'amusa. Essayage de lunettes de soleil multicolores " Mmmmmh celles-là me plaisent beaucoup mais surtout remontées sur mes cheveux " me glissait-elle les yeux rieurs.

 

Je la regardais, pensive, s'amuser à essayer toute la boutique. Je la trouvais belle, magnifique, avec ces yeux-bijoux bientôt révélés avec l'adolescence qui pointait. Son petit nez si charmant, la fragilité de sa peau mordorée, sa taille élancée. Bien loin de l'image du bébé tout potelé que j'adorai. Je finirai donc cet article en reprenant la belle phrase d'Alex Taylor, chroniqueur anglo-saxon que j'estime profondément, présent sur le plateau d'M6 pour commenter ce famous weeding : " Mais chaque fille est une princesse ". Car il est vrai que mes soeurs sont toutes belles comme des princesses <3.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by pillapon - dans Récits
commenter cet article

commentaires

Marion 06/05/2011 15:42


Alors Camillette ?? A quand un nouvel article ? :)


pillapon 02/05/2011 23:35


Hé oui Marine, nous si moqueuses jeudi nous avons finalement été les premières mateuses vendredi ;) et je plussoie, le prince Wiliam ne parvient même pas à la cheville de nos princes charmants
respectifs !


Marine 01/05/2011 22:24


Mêmes sensations... Au départ je me suis dit que je n'allais quand même pas me laisser émouvoir! Mais finalement on se prend au jeu et nous aussi on se verrait bien au côté de notre prince (il est
mieux que William cela va sans dire!). Et puis dans la journée, on se retrouve à imiter les deux baisers de W. et K. du balcon de la maison pour faire rire les parents!! ^^


Présentation

  • : Le blog de pillapon
  • Le blog de pillapon
  • : Articles sur la vie, réactions, poèmes, expériences personnelles
  • Contact

Texte Libre

Recherche